Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

US Dourdou  – ESCC           2-1

 

 

Match 15h – Terrain : sec, bien trop - Arbitrage : a du perdre en audition au terme de ce match - Temps : trop chaud ! - Température : 24° - Esprit du match : nul, nul et nul !!! et c’est plus que rarement que l’on inscrit cela - Spectateurs : une bonne centaine – 3ème mi-temps : en terrasse !

 

                                                                                                                              

Compo : Fa, Sim, Yo, Cédric, Flo, Ga, Thom, Paul, Cyril, Enzo, Juju, Patxi, Kevin et Ben.J

 

 

 

            Le « match de la peur » ou de « la dernière chance », c’est selon. Voilà à quoi pouvait s’apparenter le déplacement à Dourdou. Vaincre et espérer ou s’incliner et tirer un trait quasi définitif. Alors que 2015 nous avait habitué plutôt a enfilé gants et crampons vissés, c’est dans des conditions très particulières, temps chaud et terrain sec, que l’ESCC se devait d’évoluer.

            Et en ce dimanche après-midi, ce fut loin d’être une partie de plaisir. Au-delà du résultat, représentatif de la physionomie ou non du match, l’adversaire a su être plus efficace, leur victoire n’est pas en remettre en cause ; mais comment est ce possible de prendre du plaisir à jouer une telle rencontre ?

            On jouait depuis 30 secondes lors de la première faute, très bénigne, comme il y en a une 50aine par matchs, que déjà l’équipe adverse et son capitaine, en très symbolique chef de file, contestait. Voilà à quoi allait s’apparentait le match. Un éternel recommencement sur chaque coup de sifflet… Un sentiment de persécution ressenti par les locaux à chaque duel. Un truc improbable à raconter. Tellement envahissant, que la rencontre était dénuée de plaisir et renvoyant plus au brouhaha du marché de Marcillac, dans lequel quelques joueurs de l’ESCC se sont perdus à l’aller ! Alors, toutefois, faisons la part des choses. On a récemment perdu (souvent en ce moment !) ou partagé des points au terme de matchs rageants et frustrants, mais la fin de rencontre nous a toujours incité à un certain respect mutuel & fair-play, dernièrement St Georges/St Rome, Agen/Gages, Millau voire même St Laurent (mis à part l’accrochage final) ; et ce quelque soit le résultat.

            Mais là, ce match était nul à jouer. Mais vraiment ! Puis pour revenir au match, alors que les locaux ont considéré avoir un arbitrage en leur défaveur (sic !), comment alors interprétait l’action qui doit amener le rouge quand Patxi part au but à la 20ème, stoppé par un geste technique d’une rare maitrise, absent pourtant du guide méthodologique du petit footballeur. En plus l’ESCC allait subir une double peine inversée car l’avantage n’était pas laissé à Cyril qui allait s’offrir un face à face. Ensuite, on ne reviendra pas sur la semelle par derrière sur Cédr’ en seconde mi-temps renvoyant plus à un essuyage de crampons maitrisé qu’un geste défensif incertain…

            Pour revenir au match, sportivement parlant, l’ESCC a eu les opportunités de scorer et l’ouverture du score était déterminante dans ce match. La frappe de Cyril détournée par le gardien, le 4 vs 2 mal négocié, le CF de Paul, la tête de ce dernier sur corner aurait du voir l’ESCC virer en tête. Mais c’est dans le temps additionnel du premier acte que l’ESCC concédait l’ouverture du score sur un penalty logique. Fa devait s’incliner après avoir été mis que très peu à contribution (un CF bien détourné et un duel bien maitrisé en 45 minutes).

 

            Le second acte était plus équilibré. Et pourtant l’ESCC, malgré une entame difficile de second acte, se procurait à nouveau de grosses opportunités mais la tête de Gaël trouvait la transversale après l’arrêt de l’excellent gardien adverse. Mais il était écrit que l’ESCC ne serait que très peu en réussite. Le réalisme local allait faire encore la différence à la 70ème. Sur un CF anodin, la défense était lobée et la frappe adverse impeccable filet opposé donnait le 2-0 aux locaux.

            Mené 2-0, Paul réduisait le score d’une demi volée parfaite, à la 80ème, consécutive à un corner mais malgré d’ultimes opportunités par Kevin, Paul ou Flo, l’ESCC ne parvenait pas à égaliser. Un match nul qui n’aurait eu que très peu de poids comptablement parlant.  L’ESCC s’était déplacée pour vaincre mais a finalement failli pour s’enliser dans les profondeurs du classement, au terme d’une partie où la plaisir ne fut guère au rendez-vous.

            Si l’ESCC doit retenir une once de positivisme au terme de cette partie, c’est la maitrise nerveuse dont ont fait preuve les joueurs notamment Patxi et Kevin symbolisée par l’absence de réaction inappropriée. Sans doute liée au port de leur moustache.

            Alors que Dourdou possède à son sein un des meilleurs arbitres du département, dont l’ESCC a récemment encore pu apprécier son niveau, il saurait souhaitable que certaines (généralisons pas) composantes de son équipe fanion aillent faire un stage intensif d’arbitrage-clubs ou bien, suivent son arbitre officiel sur certains matchs afin de faire un stage de sensibilisation et, soient à la hauteur du fair-play et de l’investissement de leurs dirigeants.

            Juste pour le contexte du match dans lequel s’est déroulée cette rencontre, l’ESCC ne se doit de rien lâcher. Vraiment.

 

            Merci à Lio pour avoir assuré l’arbitrage à la touche.

 

 

 

 

           

 

 

Buts : Paul

 

 

Passeurs :

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Kevin, pour sa prestation globale et sa maitrise nerveuse.

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- l’eau fraiche dans les gourdes. Pour le reste, pas grand-chose de très « eau fraiche »… Et ça fait deux saisons d’affilée !

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- trop de potentiels primés côté adverse dans le côté contre-footballistique, on a neutralisé le scrutin du coup.

Simon l’a frôlé pour son conseil à BenJ. Mais en fait, non.

 

Rage & frustration

Partager cet article

Repost 0