Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FC Agen/Gages  – ESCC           1-1 (2-2 a.p, 5-3 aux t.a.b.)

 

 

Match 19h – Terrain : nostalgique de l’ancien billard - Arbitrage : la même qu’à Olemps l’an dernier, peu de pédagogie, manque de cohérence, biscote facile - Temps : bon - Température : 13° - Esprit du match : moyen +, selon les joueurs. Niveau public => stable voire en progression dans le mauvais sens - Spectateurs : une 50aine, la plupart de l’ESCC – 3ème mi-temps : étant en retard en raison des prolongations, on a logiquement décalé l’heure de retour au petit matin. Logistiquement, très logique.

 

                                                                                                                              

Compo : Fa, Sim, Nono, Bastos, Enzo, Bast, Ga,  Paul, Cyril, Jason, Cédric R, Juju, Will et Ben.J

 

 

« Après s’être défait de Pareloup Céor et St Geniez, l’ESCC a, cette fois, hérité d’un adversaire hiérarchiquement supérieur, évoluant dans l’élite départementale : Agen/Gages. Un véritable test pour l’ESCC, surtout défensivement. Si historiquement, les rencontres à Agen n’incitent pas à l’enchantement (1N et 3D), espérons que la délocalisation sur le terrain de Gages soit signe d’un changement victorieux.

RDV 19h pour un début de réponse pour une rencontre qui, quelle que soit son issue, sera riche d’enseignements ».

 

 

            Voilà, la présentation de la rencontre qui avait été faite. Quelque soit l’issue, l’ESCC allait passer au révélateur. Révélateur de la solidité défensive démontrée jusqu’à présent et de sa force collective. Le décor était planté.

            Et si l’on peut être sur d’une chose, c’est que cette rencontre fut riche d’enseignements en tout genre.

 

            Dès les premières minutes, l’ESCC se montrait entreprenante. Après 3 minutes de jeu et une dizaine de duels, on comprenait rapidement que l’ESCC était dans un bon jour et semblait réduire rapidement l’écart de niveau sur le papier.

            Agressifs défensivement, ne reculant pas, l’ESCC signait une grosse entame de match. S’appuyant sur une ligne défensive défendant toujours en avançant, l’ESCC posait de gros problèmes aux locaux. Bénéficiant de l’énorme début de match de Paulo et Cyril offensivement, l’ESCC était en place. Les nombreux rappels à l’ordre du 5 adverse, à destination de ses coéquipiers pour leur absence dans les duels, confortaient cette impression. De plus l’ESCC profitait d’un arbitrage extrêmement autoritaire envers les locaux (2 cartons dans les 15 premières mn) pour s’installer avec intelligence et discipline dans le match, au contraire de l’équipe adverse, très souvent sanctionnée, souvent à raison (la semelle sur Gael à hauteur de sa...cuisse), parfois à tort. Malgré ce bon début de match, l’ESCC ne matérialisait pas cette entame par de nettes actions offensives malgré que Gaël (une fois suite à un centre de Paul, une autre où sa frappe finissait sur le filet) et Cyril aient pris leur chance.

La première énorme opportunité était à mettre au crédit des locaux, un énorme cafouillage où pas moins de 4 tentatives étaient stoppées par l’arrière garde de l’ESCC, qui doivent actuellement encore se demander comment ils n’ont pas scoré.

            Néanmoins, hormis cette situation, l’ESCC n’était que très peu en danger. La qualité des CPA adverses n’était que très relative, en parallèle de la prestation XXL de Bastos & Nono.

L’ESCC signait un premier acte plein de sérénité et maturité en ayant maitrisé globalement les débats et en s’étant montrés supérieurs dans le contenu sans toutefois parvenir à ouvrir le score.

 

 

            Une ouverture du score qui intervenait à la 55ème sur un corner des locaux. Un but assez heureux tant l’ESCC se montrait plus entreprenant. Toutefois, a contrario de la rencontre en Coupe de France ou l’ESCC n’avait pas été en mesure de renversé la tendance et revenir, il fallait qu’une dizaine de minutes pour égaliser. Sur un corner rapidement joué avec Bast, Cyril et BenJ faisaient ça en famille. Le premier nommé déposait un centre sur ce dernier qui, d’une tête décroisée et sa mèche rebelle, redonnait un score de parité.

            Tandis que le bloc adverse continuait sa passe d’armes avec l’officiel, qui du coup, enfonçait le clou, en signalant tout ce qui était possible et imaginable ; l’ESCC continuait sur sa lancée. En coupant les lignes de passes entre le milieu adverse et 7/9, les attaquants locaux n’étaient servis que dans des conditions inconfortables. Et quand leur marge de manœuvre s’avérait un peu plus grande, la défense noire et blanche veillait.

            Alors qu’on entrait dans les 5 dernières minutes, Paul était à deux doigts de signer le scénario parfait. Mais sa frappe aux 20m trouvait la base du montant.

            Enfin, en fin seconde mi-temps, un énorme échauffourée réchauffait les cœurs et les âmes. De part et d’autres, si on était certain d’une chose, ce n’est pas ce soir qu’on allait trouver qui avait inventé l’eau chaude… Ni même décerner le prix Nobel de la paix.

Fort heureusement, cette fois-ci, l’officiel faisait preuve de bienveillance en calmant avec psychologie tout le monde et surtout, en n’en rajoutant pas !

 

            Direction les prolongations. Après avoir calmé tout son monde le staff de l’ESCC adressait les dernières consignes. L’ESCC débutait de manière parfaite ces minutes supplémentaires. Sur une action collective aboutie, Simon enchainait contrôle /demi volée pied gauche pour le 2-1. Lors de cette première prolongation, l’ESCC avait deux fois l’opportunité de tuer le match. Willy seul aux 6m jouait presque trop altruiste en servant Paul en retrait, surpris. Toutefois, Enzo avait bien suivi au second et sa frappe trouvait les filets…du terrain d’Agen, à quelques kilomètres de là. En effet, son célèbre pied gauche expédiait le ballon dans le ciel.

Paulo avait ensuite l’occasion de scorer mais, là son pied droit envoyait une frappe de….u7.

L’ESCC venait de laisser passer sa chance.

            La seconde prolongation voyait l’ESCC reculer. Si les locaux n’obtenaient pas de grosses occases, sur un centre l’ESCC concédait un penalty sur une main évidente. Une sanction logique. 2-2. On restait dans le thème 5 minutes plus tard. Avec la séance de pénos. Un seul échec côté ESCC mais toutefois suffisant condamnait l’ESCC et douchait les derniers espoirs de remporter la coupe du Midi (merci de prendre ça au 18ème degré).

 

 

Au final, le bilan de ce match s’avère contrasté et paradoxal. Si l’élimination est bien entendu rageante, l’ESCC va tirer pas mal d’enseignements de cette rencontre. Et paradoxalement, c’est peut être la vainqueur qui en ressort avec plus de doutes que de certitudes. Toutefois, il détient le principal, la qualif’ !

Si l’issue du match semble plutôt imméritée côté ESCC, si tant est qu’on puisse parler de mérite pour un résultat, certaines interrogations semblent lever. Tout au moins, partiellement.

Réponse définitive lors des…8 prochains WE de championnat !

 

 

           

           

           

 

 

Buts : BenJ et Simon

 

 

Passeurs : Cyril

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Cyril, pour sa prestation complète

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- L’eau envoyée sur notre public ! Y’avait pas grand-chose d’eau fraiche pendant ce match, à vrai dire...

- Une nomination pour Cédric qui a complètement éteint son adversaire direct et ses insultes par une prestation énorme et un chambrage, d’une rare et parfaite subtilité.

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- Cyril, pour sa technique de défense sur touche.

Elimination paradoxale et contrastée
Elimination paradoxale et contrastée

Partager cet article

Repost 0