Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stade Saint Affricain II  – ESCC           1-3

 

 

Match 20h – Terrain : excellent - Arbitrage : très bon - Temps : bon et sans vent - Température : 13° - Esprit du match : globalement bon hormis l’accrochage final - Spectateurs : une 50aine, uniquement de l’ESCC, merci à vous ! – 3ème mi-temps : étonnamment calme  

 

                                                                                                                              

Compo : Fa, Sim, Nono, Bastos, Jason, Bast, Ga, Paul, Cyril, Joris, Cédric R, Juju, Will et Ben.J

 

 

 

 

« L’équipe fanion, elle se déplacera, à St Affrique. Après avoir galvaudé partiellement son début de saison suite à sa dernière défaite à domicile, l’ESCC est attendue chez un des favoris à l’accession, pour se relancer ou s’installer dans un inconfortable ventre mou… Le comportement de l’équipe sera scruté à la loupe afin d’observer les répercussions de cette première défaite ».

 

 

 

            Le décor était planté et les yeux rivés sur le comportement de l’équipe fanion. Celui qu’elle allait endosser après son premier revers de la saison. Significatif dans sa propension à réagir.

Les premières minutes n’étaient pas des plus rassurantes. Défensivement, l’ESCC était trop peu agressive. Plutôt mal positionnée en début de match, la ligne défensive arrière se faisait surprendre par des ballons en profondeur. Par deux fois, l’ESCC dégageait en catastrophe. Des débuts difficiles. Se confirmant par l’ouverture du score du 11 adverse qui héritait d’un ballon aux 30m, fixait la défense. Pas grandement embêté, ce dernier à l’entrée des 18, armait une pointu exter pour l’ouverture du score. Calmement. La meilleure chose qui pouvait sans doute arriver à l’ESCC. 1-0. 9ème. Au pied du mur.

A partir de là, l’ESCC changeait complètement son visage. Et réagissait immédiatement. Deux minutes plus tard, l’ESCC égalisait. L’ESCC obtenait son premier corner de la partie consécutivement à une frappe de Paul. Bast jouait le fameux « coup de pied de coin » à deux, ou « à la rémoise » pour Simon, qui d’un plat du pied travaillé trouvait le petit filet opposé en perforant la forêt de jambes présente dans la surface. 1-1

            L’ESCC, progressivement et calmement, mettait à profit le fait de jouer sur un terrain excellent pour développer un jeu plaisant. Et très vite les opportunités se multipliaient. A partir de là, la domination allait être plutôt territoriale. La possession aussi. Défensivement l’ESCC n’avait qu’à gérer des débordements : Simon et Joris veillaient au grain avec sérénité. La charnière Nono/Bastos n’avait plus qu’à fermer tranquillement la porte du secteur défensif. En défendant constamment en avançant, l’ESCC se mettait facilement en situation de développer du jeu.

            Au milieu, Bast et BenJ se contentaient de jouer que des ballons propres, Juju se chargeant du rôle de machine à laver en réussissant encore une fois une énorme performance. 

            Performant dans le jeu, l’ESCC réalisait sa meilleure mi-temps, exceptées les 10 premières minutes d’absence. Toutefois, les différentes actions avaient toujours trouvé soit l’excellent gardien adverse, soit stoppé par une intervention défensive ultime ou en situation d’échec par un manque de précision. MT. Réglages tactiques : Fa laissait les gants et passait avant-centre. Non, on plaisante !

 

            La reprise était balbutiante. Cinq minutes durant. Le temps une nouvelle fois de voir le n°11 adverse tentait sa chance.

            Mais, copie conforme du premier acte, l’ESCC progressivement se mettait en marche. Encore une fois, le jeu développé, entre enchainements courts et changements d’ailes, gênait considérablement les locaux et les occasions pleuvaient. Paul, Cédric, Ga, Bast, Cyril avaient, tous, de façon plus ou moins nette l’opportunité d’ouvrir le score mais le portier adverse veillait.

            La délivrance venait de Bastos qui reprenait un corner de Simon. Sa tête piquée trompait, enfin, la vigilance du gardien adverse après une 20aine de minutes de jeu en seconde MT. Malgré une légère baisse d’attention, au cours de laquelle Fa sortait 2 tentatives lointaines, l’ESCC persistait. Cette attitude était récompensée par la réalisation de Paul qui reprenait avec puissance un ballon à l’entrée des 18. 1-3, le break était fait.

Il restait 10 minutes à jouer, le temps que les esprits se réchauffent quelque peu, que l’ESCC écarte les derniers ballons adverses liés au sursaut d’orgueil des locaux et, l’officiel mettait fin aux débats.

 

 

L’ESCC se reprenait de la meilleure des manières après la déconvenue à domicile. Au-delà du résultat, qui était indispensable, la forme était, aussi, bien présente. Dans un cadre idéal, terrain parfait et grand, l’ESCC a su profité de ces éléments pour réagir. Agir plutôt. Toutefois, l’accroc face à Laissac ne sera effacé totalement qu’en cas de succès face à Pareloup-Céor, le week-end prochain.

Tout autre résultat qu’un succès relativiserait la portée de ce brillant succès en terres sudistes, au cours de la première rencontre d’un mois de novembre décisif.

           

 

 

 

           

 

 

Buts : Simon, Bastos & Paul

 

 

Passeurs : Bast, Simon

 

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- la prestation collective de l’ESCC et une mention particulière pour Simon.

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- l’arbitrage parfait. Pour la 3ème rencontre consécutive.

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- la surpuissante frappe de Bast qui, après un raid solitaire d’une 20aine de mètres, un râteau, une fixation, arme un frappe aux 20m qui aura du mal à atteindre les…6m !!!

Le fond et la forme

Partager cet article

Repost 0