Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ESCC – F.C. Agen/Gages           0-1

 

 

Match 14h30 – Terrain : inexplicablement pas très humide mais toutefois très difficile - Arbitrage : trio arbitral excellent - Temps : averse de neige puis couvert puis soleil - Température : 1° - Esprit du match : plutôt bon malgré l’enjeu et malgré 2/3 raisonnements niveau u7 - Spectateurs : 150/200 – 3ème mi-temps : néant

 

                                                                                                                              

Compo : Fa, Sim, Lionel, Enzo, Bastos, Cédr’, Ga, Cyril, Paul, Stev’, Bast, Juju, Patxi et Ben.J

 

 

 

« Prévue initialement à Curan, la surface étant totalement enneigée, la rencontre était déplacée à Salles-Curan. Et malgré une averse de neige à l’échauffement, les acteurs profitaient de l’accalmie dominicale pour pouvoir évoluer dans des conditions à peu près normales. Une rencontre qui débutait timidement, les équipes étant plutôt bien en place, se livrant très peu. Et ce, jusqu’à la 25ème, ou les adversaires profitaient d’un mauvais renvoi des locaux pour ouvrir le score. A compter de la 30ème minute, l’ESCC allait, une heure durant, avoir la maitrise du ballon, l’initiative du jeu mais buter inlassablement sur une équipe très défensive. Ce constat atteignait son paroxysme lors du second acte ou le portier de l’ESCC n’allait toucher aucun ballon, hors relances au pied ! Toutefois, l’ESCC allait manquer d’un peu de réussite (une frappe sur le montant), d’un zeste de chance et d’un supplément d’âme pour égaliser.      

Une élimination au goût d’inachevé tant l’adversaire était largement à la portée de l’ESCC mais une qualification en coupe ne s’obtient pas au mérite. »

 

 

           

           

 

Et de deux. Deux éliminations en coupes contre Agen/Gages qui laisseront énormément de regrets à l’ESCC. Si celle en coupe du Midi était moins préjudiciable car la possibilité de performer dans cette compétition est quasi nulle, celle de ce week-end est beaucoup plus regrettable. Et laisse surtout une sensation bizarre.

On ne reviendra pas sur les aléas météorologiques qui ont nécessité différents changements dans le week-end pour voir cette rencontre se dérouler plutôt normalement, malgré le regret de ne pas avoir évolué sur une surface moins bosselée.

Mais sportivement quel regret ! Habitué à évoluer contre cet adversaire, jamais l’ESCC ne l’avait affronté sous cet aspect-là : fébrile, sans imagination offensive et repliée défensivement. Toutefois, la perte de 2 joueurs dans la première demi-heure de jeu (6 et 9) justifie, en partie, fort sans doute ces différents constats.

Plutôt bien en place et attentistes, les deux blocs font un début de match plutôt timide. L’ESCC défensivement est en place se mettant en danger uniquement sur des corners largement évitables, « offrant » des opportunités. Sur l’un d’entre eux, il faut toute la vigilance de Fa pour claquer subtilement une tentative vicieuse et directe.

Pour le reste, malgré quelques duels engagés marqués par des râles de mâles dominants tirés tout droit de la série « Vikings », la rencontre semble parfois prendre des allures de match de présaison… Si côté ESCC, dans les enchainements et le respect des consignes, le contenu est plutôt propre, le supplément « coupe » semblait lointain. C’est simple, le début de match s’apparente plus à une confrontation de championnat. Et encore, les deux rencontres précédentes de l’ESCC en championnat étaient bien plus engagées et rythmées.

 

Ce constat est symbolique au niveau des occasions : aucune opportunité durant les 20 premières minutes. Et il fallait un concours de circonstances pour l’ouverture du score : un ballon mal renvoyé par la défense adverse après une touche, une demi-volée écrasée qui fuit au second poteau et un tacle de défenseur pour ouvrir le score. Un enchainement d’éléments contraires voyait l’ESCC être mené au score à la 25ème. 0-1. Pas contre le cours du jeu mais pas non plus dans une logique absolue.

L’ESCC montait enfin un cran en terme d’intensité. A partir de la 30ème, Fa n’allait plus être une seule fois inquiété, seulement sollicité dans des relances au pied ! Dans le dernier quart d’heure du premier acte, Stev, d’un lob lointain et Paul/Cyril sur un cafouillage se procuraient deux opportunités. En vain.

Les acteurs rejoignaient les vestiaires. Côté ESCC, on n’était mené sans trop savoir comment, mais on savait surtout que les ingrédients mis étaient insuffisants ou pas assez diversifiés pour mener à bien l’objectif collectif.

 

Dès la reprise, le changement était déjà visuel. Le bloc équipe de l’ESCC jouait 10-15m plus haut et la mentalité était plus appropriée, enfin, à un match de coupe. D’ailleurs, le jeu en devenait plus haché, les fautes se multipliaient et les duels étaient plus rugueux. Et les poètes & philosophes, pas ceux issus de la période des Lumières du 18ème siècle, étaient de sortis autour du terrain. Comme dirait Omar Da Fonseca, « le jour où on a distribué la bêtise, certains n’ont pas loupé leur tour ! ».

Si le premier quart d’heure voyait l’ESCC portait le danger surtout sur CPA, l’entrée de Patxi à l’heure de jeu diversifiait et apportait de la variété au jeu. Sur son premier ballon, après une touche anodine, BenJ et Patxi mettaient en place un bon vieux « pick and roll », Patxi profitait de l’écran de son capitaine pour enrouler sa frappe qui venait échoir sur le montant. Cette action amenait enfin un brin de folie. Sur un changement d’aile de Stev, Cyril tout en altruisme remettait une merveille de ballon en retrait mais Enzo/Patxi ne se parlaient pas suffisamment pour finaliser. Stev, progressivement, prenait le dessus sur son vis-à-vis. Par deux fois, ses centres fuyant semaient le danger puis le portier adverse était tout heureux de voir sa puissante frappe fuir le cadre de quelques centimètres.

L’ESCC continuait à pousser mais buter face à une équipe qui semblait avoir basculé en 6-3-1 dans les 20 dernières minutes. Le dernier quart d’heure, le back four de l’ESCC jouait quasiment à hauteur de la médiane, à quelques mètres près.

Entre parfois manque de lucidités, de réussite et de faux rebonds trompeurs, l’ESCC ne parvenait pas à se procurer LA bonne opportunité. Et sortait de la compétition à un stade paradoxal, les 8èmes.

Mais quelle sensation bizarre tant l’ESCC aura semblé être durant une heure de jeu plutôt maitre du ballon et des idées. Mais le mérite et les intentions ne font pas tout.

 

Un gros coup de chapeau au trio arbitral ce week-end, quel régal !

 

L’ESCC sort de la compétition mais va devoir surtout se concentrer sur les 9 derniers matchs de championnat pour aller s’offrir une fin de saison intéressante.

 

Bon vent aux clubs du Levezou dans la coupe mais surtout désormais tous derrière les filles pour aller chercher le dernier carré puis plus si affinités…

 

 

 

 

Buts :

 

 

Passeurs :

 

 

Album photos de la rencontre : ici

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- le trio arbitral, exemplaire

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- le soutien de nombreux amis du club

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- l’élimination, tout simplement

Au (très) large goût d’inachevé

Partager cet article

Repost 0