Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bezonnes IC – ESCC            4-6

 

 

=> La feuille :

 

Match : 20h00

Terrain : très très bon

Arbitrage : excellent, une fois de plus

Temps : frais

Température : 11°

Esprit du match : plutôt bon

Spectateurs : 80

Arbitre Assistant : Christian

Amendes : très belle cuvée

3ème mi-temps : urbaine

 

                                                                                                                              

Le groupe : JS, Sim, Loic, Bastos, Phil, Ga, Stev’, Ju, Kev’, Paul, Cyril, Dam, Bast et Ben.J

 

 

 

 

            Second déplacement consécutif pour l’ESCC qui, après s’être imposé au Monastère une semaine auparavant, se déplaçait cette fois-ci, à Bezonnes. Les noirs et blancs étaient plutôt heureux de ce déplacement, pour une chose : le terrain. En effet, après avoir évolué sur une surface d’excellente qualité au Monastère, l’ESCC restait dans un registre similaire avec une aire de jeu propice au beau jeu.

 

            Et dès les premières minutes, les noirs et blancs s’évertuaient à utiliser cet élément de façon idoine, en s’efforçant de jouer rapide, au sol et en peu de touches. Et le début de match était emballant côté noir et blanc. Le quatuor Cyril/Ga/Bast/Sim parvenait à enchainer rapidement. La première grosse opportunité intervenait rapidement. Sur un relais BenJ/Gaël, plein axe, ce dernier servait Cyril, qui faisant preuve d’un peu trop d’altruisme auprès de Simon, en tergiversant. Ce dernier, quant à lui, se procurait deux opportunités sur son pied gauche mais loupait le cadre de peu.

            L’ESCC était clairement en place avec un bloc équipe très haut réduisant les locaux à la portion congrue les possibilités d’évoluer collectivement.

            C’était donc assez logiquement que l’ESCC ouvrait le score au terme du premier quart d’heure. Gaël profitait d’un bon travail de préparation pour être servi plein axe aux 20m et isolé pour ouvrir le score d’une frappe pleine équerre (0-1, 12ème).

            L’ESCC ne relâchait pas son emprise et confirmait ses intentions. Mais pourtant, les noirs et blancs allaient être victimes d’une véritable faille spatio-temporelle l’espace de 10 minutes. Alors que l’ESCC menait tranquillement 1-0 à la 15ème, elle allait se retrouver menée 3-1 à la 25ème ! Trois grosses et inhabituelles erreurs défensives « donnaient » 3 buts aux locaux dont un sur penalty, pourtant complètement hors tempo depuis le début de la rencontre. Ainsi, l’ESCC, ultra généreusement, permettrait aux locaux d’égaliser, de prendre l’avantage et breaker !

 

            C’est entre la 35 et 45èmes que le match allait basculer sous l’influence notable d’un joueur. Même s’il est plutôt maladroit, « injuste », contre-productif de ressortir une individualité d’un collectif ; le cas échéant, il faut reconnaître plutôt le côté hors du commun de cet exploit individuel. Pour en venir à quoi ? A Steeve et son quadruplé.

            Même si celui-ci profite, évidemment, de passes de ses coéquipiers, de la mobilité, du déplacement autour de lui ; pour certaines autres choses, il faut bien le reconnaitre, il se débrouille très bien seul.

            Illustrations sur la réduction et l’égalisation avant le repos. Sur le second but de l’ESCC, Ju sert parfaitement, sur un pas, Steeve dans la profondeur qui s’en va tromper côté gauche, dans un angle ultra fermé, le gardien, après avoir faussé compagnie à son adversaire direct puis effacer le gardien (3-2, 35ème).

            Sur l’égalisation, Bastos sert par-dessus la défense (Pirlo style) Steeve avant le chef d’œuvre de la soirée, sans contestation possible : amorti poitrine, sombrero/lob pour éliminer son vis-à-vis puis ciseau « piqué » pour tromper le gardien. Juste exceptionnel (3-3, 44ème). Il ne pouvait y avoir plus bel hommage pour la sortie de FIFA17 avec ce but « 3ème dimension ». Jeannot criait, d’ailleurs, de loin, en hommage, « EA Sports, it’s in the game ». On plaisante.

            Même en jouant contre des plots et à l’entrainement, pas surs que ses coéquipiers puissent réaliser pareil enchainement !

 

            A la pause, on était plutôt sur un rendez-vous des paradoxes. Comment était-il, possible d’avoir enchainé deux énormes temps forts entrecoupés d’un temps faible inexplicable, tant l’ESCC gérait son sujet en début de rencontre ?

 

            C’est dans cette configuration que l’ESCC débutait à nouveau le second acte en dominant totalement les 20 premières minutes et se procurant plusieurs grosses occasions avec notamment une énorme volée de Simon magnifiquement détournée par le gardien adverse, deux têtes de Kevin sur corner sauvées sur la ligne, une frappe de Bastos contrée et un nouveau retourné de Steeve (!). Les opportunités étaient énormes, le bloc adverse acculé et Jeannot au chômage technique. Mais l’ESCC manquait de réalisme. Et allait le payer, une fois de plus, très cher.

            Sur une incursion anodine côté droit, l’ESCC concédait un CF excentré. La frappe parabolique venait redonner l’avantage aux locaux sur leur première occasion du second acte (4-3, 65ème). Incompréhensible tant les noirs et blancs avaient maitrisé leur début de second acte, comme lors du premier.

            Dix minutes durant, l’ESCC accusait le coup, le rencontre tombait dans un faux rythme, le jeu était haché et en temps effectif de jeu, c’était famélique tant les arrêts de jeu étaient nombreux…

            L’apport du banc et la volonté de l’ESCC allaient quand même changer la donne. Le travail de sape de Steeve allait payer quant à la 75ème, le portier adverse fauchait Steeve dans les 18. Un penalty assez sévère mais sifflable. Le gardien avait parfaitement joué le ballon mais sa sortie assez dynamique et non maitrisée, en terme d’intensité, légitimait la sanction. Côté adverse, l’interprétation doit être différente mais, bien que sévère ou imaginaire, selon le camp, le penalty sanctionnait, indirectement, la dizaine d’accrochages sur Steeve depuis le début de la rencontre.

            Puis elle venait faire un beau pied de nez aux remarques pas toujours d’une grande intelligence à l’encontre de ce dernier. Oui, il va vite, il est très fort, il pourrait jouer bien plus haut mais il joue où il veut et il fait ce qu’il veut. Est-ce que nous on râle quand on voit la vitesse de BenJ ou le pied droit de Paul, niveau 8ème division ? Non, on fait avec.

            Bref, ce quatrième but avait remis l’ESCC sur les bons rails. Et Loïc, aussi à l’aise à l’entrée des 18 que samedi dernier au Privilège faisait le break (4-5, 80ème) d’une frappe croisée. Avant que Steeve, bien servi par Kevin aille parachever le succès de l’ESCC en signant un quadruplé, en point d’orgue à sa prestation énorme, doublé d’un investissement dans le replacement et le travail défensif (4-6, 85ème). 

 

            L’ESCC s’adjugeait donc le match sur un score de tennis au terme d’une rencontre diamétralement opposée dans les surfaces, niveau réussite. Une rencontre dont l’issue aurait dû largement mieux être maitrisée. Un « match sans » défensivement sans préjudice, mais à gommer et une réussite offensive à préserver.

 

            Avant de renouer avec le championnat, l’ESCC retrouve la coupe du Midi avec la réception d’un adversaire hiérarchiquement supérieur. Dans pareille situation, l’ESCC présente un bilan équilibré pour l’instant (une qualif / une élimination).

            Aux noirs et blancs à faire basculer la balance favorablement pour pouvoir continuer ce beau parcours.

 

           

 

Album photos de la rencontre : ici

 

 

Buts : Gaël, Loïc et Steeve x4

 

Passeurs : Cyril, Ju, Bastos, Paul x2

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- bon bah là, pas trop de suspens… Steeve pour son quadruplé, sa perf’ globale et son second but délicieux

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- l’arbitre du match pas aidé par la désignation sur cette rencontre (appartenant à un club de notre poule) et pourtant auteur d’une prestation excellente

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- Dam, Phil, JS, pour leurs contributions au scénario haletant + le cri de mâle dominant du 7 adverse sur un contact avec Bastos qui a fait trembler tout le causse

 

 

 

 

 

Portes ouvertes

Partager cet article

Repost 0