Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ESCC – US Montbazens            0-1

 

 

=> La feuille :

 

Match : 19h00

Terrain : humide pour la der de 2016

Arbitrage : bon

Temps : venté

Température : 5°

Esprit du match : normal

Spectateurs : 40

Arbitre Assistant : Christian

Amendes : pas mal

3ème mi-temps : pas très éloignée

 

                                                                                                                              

Le groupe : Fa, Sim, Juju, Bastos, Ju, Ga, Stev’, Cédr’, Kev’, Paul, Cyril, Thomas, Loïc et Ben.J

 

 

 

           

 

 

            L’ESCC doit sans doute avoir l’esprit marin au final. La présence de Pareloup à côté peut-être ? En effet, le 11 fanion s’est sabordé pour une 3ème fois cette saison. Si la défaite face à Pays Alzuréen est particulière, les échecs face à Vallon et Montbazens sont à ranger dans la même catégorie. Chaque fois, l’ESCC avait les cartes en main, avec une belle donne qui plus est, pour asseoir et conforter sa dynamique ! Rien de cela. Trois fois, l’ESCC s’est pris les pieds dans le tapis.

            Alors que l’ESCC restait sur quatre victoires de rang, la réception de Montbazens devait être l’occasion de conclure ce décisif mois de novembre de la meilleure des façons. Mais face à un des favoris de la poule, l’ESCC a déjoué ou surjoué. Bref, a oublié simplement de jouer.

            Dès les premiers ballons, on constatait que l’adversaire était une formation bien huilée, bien organisée et pas venue là pour découvrir le Lévézou et ses charmes.

            Le premier quart d’heure donnait le ton du match : on n’allait pas assister à de grandes envolées footbalistiques. L’ESCC, qui plus est, n’était pas dans un bon jour et très peu inspiré. Endormi et sans génie, aucune séquence collective digne de ce nom sortait des pieds des noirs et blancs.

            Et pourtant, l’ESCC allait bénéficier d’un coup de pouce du destin pour se remettre en selle, on jouait depuis une petite de 20aine de minutes quand le 11 adverse n’allait faire plus que 10.  L’attaquant adverse contrait un dégagement de Ben.J, enfin sa jambe plutôt, avec une seconde de retard. Jaune puis rouge finalement vu que les crampons avaient mis à mal la chaussette100 % coton, au demeurant pourtant assez résistante, et quelques capteurs sensoriels. L’ESCC allait donc évoluer 70mn à 11 contre 10. Un coup du sort qui devait booster l’ESCC.

            Que nenni. A contrario, et comme bien souvent dans ce cas-là, l’équipe réduite à 10 allait finalement puiser des forces collectives supplémentaires après cette exclusion. La dernière demi-heure du premier acte tombait dans un faux rythme ou imprécisions techniques rivalisaient avec mauvais choix et inspirations désordonnées.

            L’ESCC sur un contre à la 40ème était même à deux doigts de passer proche de la correctionnelle mais Fa remportait son face à face.

            Le premier acte était une bonne petite purge, les équipes enchainant fautes et longs ballons.

 

 

            Malheureusement la reprise du second acte était dans la lignée du premier. On assistait à un festival de passes ratées et de ballons mal négociés. L’équipe adverse réduite à 10 se contentait de défendre en jouant bas et sortait que sur quelques contres.

            Mais l’ESCC n’y arrivait toujours pas. Kevin sur un raid solitaire voyait sa frappe écrasée fuir le cadre quand son autre tentative lointaine était contrée.

            Et ce que l’on voyait arriver gros comme une maison, bah... allait arriver.

            Sur un dégagement du gardien (!), un ballon aérien apparemment anodin tardait à être négocié par la défense. L’avant-centre adverse ne se faisait pas prier pour profiter de l’atermoiement défensif. Il récupérait le ballon autour de 3 noirs et blancs et tentait une frappe en pivot, faisant mouche à 25m des barres. Fa pourtant réduit à faire figuration ne pouvait que s’incliner au terme d’un but « improbable » mais illustration parfaite du jour « sans » des noirs et blancs.

            Il restait alors une 20aine de minutes et ce but avait le mérite au moins de rajouter un peu de folie au match et d’imprévisibilité au jeu de l’ESCC.

            En 15 minutes, l’ESCC allait se créer largement de quoi arracher le nul. Gaël, tout d’abord voyait son coup franc repoussait par la barre et Thomas, en embuscade, voyait son plat du pied stoppé sur la ligne !

            Ensuite, Paul sur un ballon repoussé par la défense envoyait une demi-volée parfaite mais détournait magnifiquement par le gardien. Enfin, par deux fois de la tête, Steven, d’une part, voyait sa tentative repoussait par le poteau et d’autre part, Gaël voyait sa tête décroisée filer au-dessus de la barre !

            D’énormes opportunités pour l’ESCC sur ces dernières minutes qui auraient pu permettre de sauver la face de cette rencontre. En vain, l’ESCC concédait sa 3ème défaite en championnat, toutes à domicile et perdait son statut de leader.

            Après, peu de regrets à avoir, sur cette rencontre : les raisons sont évidentes. Aucun joueur, individuellement, n’a signé une prestation digne de ce nom. Et en l’absence de cohérence dans le jeu collectif déployé et de surcroît face à un adversaire de qualité, la contreperformance est logique.

            En de telles circonstances, le discours de Greg fut d’une extrême justesse et vaut toutes les causeries d’avant match à venir et autres considérations tactiques.

            L’ESCC conclura sa phase aller par un dernier déplacement à Vabres mais avant cela, l’ESCC entrera en lice en Coupe d’Aveyron face au leader d’excellence. Une rencontre où, selon le microcosme (bien ?) averti du football aveyronnais, notre parcours doit s’arrêter là, dans une compétition, ou pour une ultime et dernière fois avant la refonte des championnats, l’ESCC peut espérer performer. 

            Aux 14 et au staff, à inverser l’ordre des choses établi. C’est bien parfois de faire tomber les leaders. L’ESCC l’a appris à ses dépens ce week-end. Aux noirs et blancs d’inverser la donne.

 

 

 

Album photos de la rencontre : ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Buts :

 

Passeurs :

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Fa, pour sa parade, main ferme en 1ère MT - on croyait alors au tournant du match - et Thomas pour son entrée tout en sobriété mais efficacité.

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- Vu que les adversaires sont arrivés 8 fuseaux horaires avant la rencontre, on a commencé par leur payer à boire (enfin le café) avant de jouer le match… ! Annonciateur du match ou tout allait se dérouler à l’envers…

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- La prestation collective

 

 

La « Bastosade » ©, récompense une expression, une réflexion, une attitude ou autre fait marquant dont seul Bastos peut en être l’unique auteur – (PS : marque déposée) :

- Au choix :

*l’émission sonore de Bastos durant le second, un cri/râle/bruit de mâle dominant ! Bref, un nouveau truc chelou pour se motiver

*sa façon de se réveiller durant la causerie de Greg, à coups de petites auto-tapes sur le visage. Sans doute, un truc pour fluidifier la circulation sanguine…

 

Amère déception

Partager cet article

Repost 0