Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

US Pays Alzuréen - ESCC            0-0

 

 

=> La feuille :

 

Match : 19h00

Terrain : pas top, dommage la rencontre aurait mérité mieux

Arbitrage : rencontre difficile à arbitrer. La seule erreur : les 2 équipes devaient finir avec le même nombre de joueurs cette rencontre

Temps : bon

Température : 8°

Esprit du match : aléatoire

Spectateurs : 150

Arbitre Assistant : Christian

Amendes : assez faible

3ème mi-temps : belle cohésion collective gastronomiquement parlant

 

                                                                                                                              

Le groupe : Fa, Enzo, Jjo, Ju, Ga, Cédr’, Paul, Steve, Simon, Kevin, Bastos, Thomas, Loïc et Ben.J

 

 

           

           

 

            L’ESCC, après avoir repris il y a 15 jours la phase retour de son championnat par un succès face à Rebourguil, se déplaçait chez le leader Pays Alzuréen. Invaincu à domicile, l’adversaire du jour présente aussi la particularité d’encaisser un but tous les 2 matchs soit une solidité défensive exceptionnelle, gage souvent de réussite en atteste sa place de leader.

Avant cette rencontre, l’ESCC se déplaçait avec l’objectif de combler cet écart et au pire de le maintenir, en cas de match nul. Un partage des points que, 6 mois après le début du championnat, l’ESCC n’a jamais connu.

 

            Si un constat a été valable tout le match, c’est bien celui de l’intensité physique et de la rugosité des duels. Pour résumé côté ESCC, certains joueurs, en comparaison au gabarit adverse, ont dû loupé des repas en période de croissance. Ou alors l’apport de matières énergétiques est différent selon les régions du département (put*** de discrimination, déjà qu’on a la neige…). En effet, le leader a la particularité de présenter un 11 de départ dont la moitié culmine à plus d’1m90 et vient tutoyer le quintal en poids. Bref, pour faire le tour de ces mecs-là, faut se lever tôt. Attention, ce profil physique n’étant pas réducteur. Loin de là. Ces profils « deuxièmes lignes » étant tous d’excellent manieurs de ballons, l’ESCC allait avoir un sacré défi à relever.

 

            Devant une belle affluence, le collectif ultras local avait prévu un petit accueil tout en pyrotechnie et fumis pour cette rencontre. Est-ce lié à cet accueil mais toujours est-il qu’une légère léthargie semblait avoir touché les noirs et blancs en début de match et fort heureusement un premier centre fuyant était mal négocié offensivement par les locaux.

Le début de match était clairement à l’avantage des locaux, l’ESCC n’arrivait pas à ressortir proprement. Et quand il fallait simplement se contenter d’écarter le danger, « allonger » en fait, même là l’ESCC rivalisait de maladresse.

            Bon après soyons clairs, la rencontre n’était pas une envolée de séquences collectives. D’une part, le terrain ne le permettant pas et d’autre part, la rencontre était entachée de pas mal de fautes. L’ESCC concédait pas mal de CPA, un véritable test pour la solidité défensive au regard de la densité physique adverse et, s’en sortait finalement plutôt bien. Seul Thomas en déviant un long ballon était pas loin de tromper Fa. Mais le ballon flirtait avec le haut de la barre.

            Offensivement l’ESCC réagissait par…CPA. Plutôt logique. Hormis Paul qui sur une demi volée lointaine n’était pas loin de punir le gardien avancé, c’est par Enzo puis Kevin sur corner que l’ESCC amenait le danger. Malgré tout, bien que dominé, l’ESCC manquait de justesse dans certaines transitions notamment dans la partie adverse. Regrettable car en plus de ne pas porter le danger suffisamment, le bloc noir et blanc redonnait trop vite des munitions aux adversaires.

            La fin du premier acte était plus équilibrée. Le bloc équipe de l’ESCC évoluant plus haut. Toutefois, sur un ultime corner, c’est Ju qui renvoyait une tête adverse dans les 6m.

            Fin des 45 premières minutes, remportées aux points par les locaux.

 

 

            La reprise du second acte voyait l’ESCC mieux en place. Si les opportunités offensives restaient plutôt faiblardes, les noirs et blancs remettaient le pied sur le ballon et gagnaient en maitrise notamment sur les 20 premières minutes du second acte. Le jeu était toujours très haché. Kevin semblait la proie favorite des adversaires en étant le cible de pas mal de fautes. Malgré tout, si l’ESCC était globalement bien mieux. Défensivement, les ballons étaient négociés en avançant et le back four défensif ne subissait pas le pilonnage en règle de la première MT.

            Jusqu’au milieu du second acte, les adversaires semblaient baisser quelque peu d’intensité. Une action allait conditionner la suite de la rencontre et réveiller les ardeurs en cette fin de match. Suite à une grosse faute de Kevin – tirage de maillot -, le latéral adverse avait un geste de réaction, pas des plus fins, en se retournant en y adressant un coup au visage. Les sanctions paraissaient alors limpides et se devaient d’être logiques : jaune – logique - pour Kevin, rouge à l’adversaire pour brutalité. L’arbitre décidait d’adresser un jaune de part et d’autre. Soit.

            Et pourtant, l’ESCC aurait pu s’offrir le dernier quart de la rencontre en supériorité et enfin tenter de trouver un décalage décisif. Rien de cela et bien au contraire ! Cinq minutes plus tard, Thomas recevait son second carton jaune et l’ESCC était réduit à 10 pour la grosse dizaine de minutes restantes. La décision précédente de ne pas exclure le défenseur adverse sur un geste bien plus répréhensible pesait doublement sur l’ESCC.

Autrement dit, au lieu de prétendre à aller combler l’écart présenté initialement, il allait falloir batailler pour préserver cet écart. Et malgré la multiplication des CPA, l’ESCC tenait défensivement le coup et passer un test accéléré de solidarité, abnégation et sens du collectif. Et aussi un poil de réussite, avec cette dernière tentative repoussée par Bastos sur la base extérieure du montant de Fa.

 

L’ESCC concédait donc son premier match nul de la saison. Un premier acte maitrisé par les locaux et un second acte qui, en poussant la réussite à son paroxysme, aurait pu s’avérer plus favorable aux noirs et blancs en évoluant en supériorité numérique.

A la sortie de cette rencontre, c’est surtout le match aller qui doit s’inscrire dans la colonne « regrets ». En effet, lors de la première manche, si l’ESCC avait répondu de la sorte, le résultat aurait été assurément différent.

Un denier regret est de ne pas avoir pu évoluer sur une surface de meilleure qualité, au-delà de toute considération pour le résultat. A n’en pas douter, le spectacle offert par les deux formations aurait été de bien meilleure qualité et aurait permis de satisfaire, véritablement, le nombreux public.

 

Dès la semaine prochaine, retour à Philomène, où l’ESCC disputera la première de ces deux rencontres consécutives à domicile face au Monastère II.

 

 

 

 

 

 

Album photos de la rencontre : ici

 

 

Buts :

 

Passeurs :

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- vous le savez tous : sombrero, petit décalage, petit pont #Javier… N°…

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- pour le côté inédit ! Kevin a réussi à nous sortir, après une faute subie, « y’en a qui bosse lundi ! » alors que sa vie elle-même est une véritable mission d’interim ! #CoeurDAngel

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- Thom, sur son premier duel et après une faute subie, a tellement exagéré sa chute qu’il a fallu aller l’arrêter dans ses roulades ! #Comediadellarte

 

 

La « Bastosade » ©, récompense une expression, une réflexion, une attitude ou autre fait marquant dont seul Bastos peut en être l’unique auteur – (PS : marque déposée) :

- sous son meilleur profil, la famille oblige !

 

 

Choc à haute intensité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :