Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ESCC – FC Monastère II            1-0

 

 

=> La feuille :

 

Match : 19h00

Terrain : pas mal mais en souffrance au fil des minutes

Arbitrage : s’est fait oublier. Bon

Temps : frais

Température : 8°

Esprit du match : très bon à part un adversaire, réfractaire à la bonne ambiance

Spectateurs : 70

Arbitre Assistant : Auré

Amendes : ça rapporte

3ème mi-temps : hommage à Jean-Jo de 23h30 à 02h30 : chants et dédicaces

 

                                                                                                                              

Le groupe : Fa, Enzo, Jjo, Phil, Louis, Cédr’, Paul, Steve, Simon, Kevin, Bastos, Nono, Loïc et Ben.J

           

           

 

            Si Omar Da Fonseca avait dû commenter la dernière rencontre de l’ESCC (pour les non-initiés, allez voir ses envolées lyriques, très rapidement, ça fait partie du patrimoine footballistique des années 2010), on aurait basculé dans une tirade dont lui seul a le secret où poésie et football se côtoient merveilleusement. En effet, le final de la rencontre de samedi a permis à l’ESCC de s’offrir une fin délicieuse. Et victorieuse. On y reviendra.

 

            L’ESCC pour la première de ses deux réceptions consécutives retrouvait ses terres donc. Un poil plus propice à la pratique du football. L’adversaire du jour, les réservistes du Monastère, avait posé pas mal de difficultés à l’ESCC lors de la rencontre aller. De plus, ces derniers présentent un bilan particulier : une attaque pas des plus efficaces mais une défense exceptionnellement solide (2nde meilleure défense de la poule).

 

            Rapidement l’ESCC se mettait en action et se procurait très vitre une première opportunité. Après une faute sur Loïc, Kevin – plein axe – voyait son CF flottant bien négocié par le portier adverse.

            L’ESCC se montrait dominateur en ce début de rencontre. Les séquences collectives se mettaient en place progressivement. L’ESCC était dans le match. Presque trop confortablement. Certaines pertes de balles en zone défensive rappelaient, s’il en était besoin, qu’une extrême attention devrait être portée concernant la rigueur défensive. 

            Passé ce premier quart d’heure de flottement, l’ESCC allait se montrer dominateur jusqu’à la pause. Louis n’était pas loin d’ouvrir le score mais sa déviation était contrée par son vis-à-vis. Cédr’ se rappelait qu’il avait un pied droit et après une percée chaloupée, était dans l’obligation de l’utiliser. Sa frappe, pas une des plus puissantes que l’histoire du football est connue, était suffisamment vicieuse pour obliger le gardien à se détendre.  Ensuite, Steve, aux 20m voyait sa demi-volée fuir le cadre de peu. Un cadre que parvenait à trouver Simon sur une frappe lointaine détournée magnifiquement par le gardien adverse. Cette parade amenait alors une triple opportunité. Le corner initialement frappé par Ben.J revenait deux fois dans les pieds de ce dernier. Après deux premières tentatives repoussées, Kevin voyait sa « frappe en rupture » tutoyait l’équerre. Ce dernier ainsi que Simon, sur deux actions similaires – CPA excentré – manquait d’un poil de justesse dans leurs tentatives. L’ESCC était dans le match mais ne parvenait pas à matérialiser cette domination. Le scénario rappelait étrangement le match aller ou l’ESCC avait plutôt maitrisé la rencontre mais attendu la 70ème pour ouvrir le score.

            Et pourtant sur deux actions similaires, l’ESCC avait l’occasion véritablement de faire trembler les filets. Mais les deux décalages en retrait de Steve ne trouvaient preneur…

            En fin de première MT, Fa se montrait vigilant sur deux CF fuyants et rassurait l’arrière garde noire et blanche.

 

            Le premier acte était atteint sur ce score nul et vierge. Patience et persévérance étaient au menu des différentes causeries.

 

            On repartait pour le second acte. Celui-ci, de manière générale allait se montrer plus désordonné dans le jeu collectif. En effet, l’ESCC faisait preuve de plus de pragmatisme et recherchait l’efficacité avant tout. De plus, les couloirs défensifs se montraient de plus en plus poreux côté adverse et l’ESCC insistait dans ces zones de jeu-là.

            Les deux plus grosses opportunités étaient à mettre au crédit de Kev’ qui voyait sa tête sur corner repoussée sur la ligne et de Steve qui, après avoir intercepté la balle au 5 adverse, finissait sa chevauchée sauvage par une balle piquée. Celle-ci s’écrasait sur le montant.

            Alors que l’ESCC continuait à gérer la rencontre (Fa était réduit au quasi chômage technique hormis un contre adverse magnifique qui finissait de peu à côté), le temps s’égrenait et l’éloge de la patience commençait à migrer en impératif d’efficacité. Les corners et CPA ne donnaient rien, de  même que les deux centres fuyants de Paul qui ne trouvaient pas preneur dans les 6m. Et que dire des deux galettes déposées par Cédr’ sur la tête (ou le nez) de Steve qui préférait privilégier la teneur de son gel fixation extrême Force 7 plutôt que de scorer de la tête.

 

 

> Avis aux lecteurs : On rentre dans le moment émotion…

 

            L’ESCC se dirigeait vers un partage des points des plus frustrants quand dans le temps additionnel, Kevin obtenait un ultime corner. Simon se chargeait de l’exécuter. Sa tentative semblait trop puissante, trop lointaine, cela semblait terminé…quand finalement Bastos parvenait à remettre le ballon du second au premier poteau pour son compère de charnière (ça vous rappelle rien remise d’un DC pour l’autre DC ? 24h plus tard, une formation de ligue1 allait débuter son festival de la même sorte). Jean-Jo dans le plus grand des calmes (1er corner sur lequel il montait de la rencontre) ajustait son plat du pied pour libérer tout un peuple - toujours en rajouter un peu, ça augmente le côté émotionnel/sensationnel et le versant dramaturgique de la chose – tout au moins son équipe et l’ensemble du banc de l’ESCC, qui explosait (pas littéralement hein, c’est une expression) !

 

            90+4 : 1-0 ! Put*** QUE C’EST BON !

 

 

            JeanJo avait alors à peine le temps de réaliser la portée de son geste décisif que l’ensemble de ses coéquipiers y sautaient dessus pour y rappeler l’importance de son but de vieux renard ! Quatre dégagements plus tard, l’ESCC signait un précieux succès face à un adversaire coriace et de qualité.

 

            Et ce simple plat du pied transformait la soirée et le bilan du WE de l’ESCC (l’équipe 2 ramenait, en parallèle, un match nul des plus valeureux)!

 

 

 

 

 

 

Album photos de la rencontre : ici

 

 

Buts : Jean-Jo

 

Passeurs : Bastos

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- à l’unanimité : Jean-Jo, pour son plat du pied libérateur

 

Extraits :

JeanJo Souliééééééééééééééééé

Il a sorti le plat du pieddddddddddd

Ce soir, il nous a fait gagnééééé,

Ce soir, il nous a fait chantéééééééé

Oooooooooo

 

Refrain x8 (et vachement plus haut en décibels, au dépend de la justesse)

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- la scène de joie, tout en spontanéité et délivrance ! (cf.photo)

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- Steve qui nous a toujours annoncé avoir un jeu de tête à la Peter Crouch. En vrai, c’était celui de Marco Verratti.

 

 

 

La « Bastosade » ©, récompense une expression, une réflexion, une attitude ou autre fait marquant dont seul Bastos peut en être l’unique auteur – (PS : marque déposée) :

- la passe décisive !

 

 

Sur le fil

Partager cet article

Repost 0