Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOMillau II – ESCC             0-3

 

 

=> La feuille :

 

Match : 20h00

Terrain : bon mais sec

Arbitrage : laxiste et bien trop déconnecté

Temps : ensoleillé

Température : 17°

Esprit du match : svp pour le bien du football, ne reprenez pas la licence

Spectateurs : 70

Arbitre Assistant : Christian

Amendes : merci les « ruthénois » !

3ème mi-temps : à domicile

 

                                                                                                                              

Le groupe : Fa, Enzo, Jjo, Cyril, JB, Thomas, Paul, Steve, Simon, Kevin, Bastos, Dam’, Loïc et Ben.J

           

           

            « L’équipe fanion a, de son côté, confirmait ses deux précédents succès à domicile en s’imposant 3-0 à Millau (buts de Simon de doublé de Steven), face aux réservistes. Trois réalisations aux 2, 15 et 30èmes mettaient à l’abri l’ESCC d’un retour des locaux. Si au tableau d’affichage, les noirs et blancs allaient se mettre rapidement à l’abri. Ce ne fut pas le cas à tous les niveaux. En effet, l’ESCC a passé 90 minutes à ne pas répondre aux provocations, insultes et mauvais gestes. Alors si le résultat final était bien au rendez-vous, le plaisir de jouer au football fut, en ce samedi, une notion bien relative. »

 

           

            En ce paragraphe introductif, vous avez compris, la, soirée de l’ESCC ne fut pas une partie de plaisir footballistique…

            Pourtant, le contexte était idéal : l’ESCC sortait de deux victoires à domicile, de deux larges succès et se présentait à Millau dans des conditions de pratique du football idéales (météo clémente, bon terrain).

            L’ESCC pour cette rencontre face à la lanterne rouge savait à quoi s’attendre sportivement : une équipe à  la lutte pour le maintien contre laquelle l’adversaire doit être patient afin de profiter du déclin physique adverse, notamment en seconde mi-temps.

            Bon en fait, l’ESCC allait sauter un peu les étapes. Dès le premier service 3 étoiles de Paul en profondeur, au bout d’une centaine de secondes de jeu, l’ESCC ouvrait le score par Steven qui profitait d’un alignement approximatif de la défense adverse combiné à une hésitation du gardien. 0-1 (2ème).

            L’ESCC débutait parfaitement. Et rapidement les noirs et blancs obtenaient de nouvelles opportunités de scorer. Simon puis Steven avaient les occasions de faire le break très rapidement. Ben.J sur un corner direct dévié de la tête par Kevin trouvait le poteau.

            L’ESCC était dans le match. Toutefois, l’équipe adverse débutait après un quart d’heure de jeu, son entreprise de destruction. Dépossédés du ballon par l’ESCC qui profitait notamment de l’absence de repli défensif et de liant collectif pour s’assurer une large possession de balle ; les joueurs adverses, après 15 minutes de jeu sortaient du match. Interventions grossières à retardements, contestations de tout ce qui était possible et imaginable, insultes – bien évidemment ; l’ESCC savait alors que le match allait être très long.  De plus, l’arbitre allait avoir le tort de ne pas sanctionner les premiers gestes répréhensibles et autres comportement antisportifs.

            Fort heureusement, dans le jeu, l’ESCC allait plier la rencontre. Suite à une relance courte de Fa, le duo Enzo/Jean-Jo décalait Paul qui servait Simon plein axe aux 20m. Son enchainement contrôle demi-volée était parfait pour le 2-0, récompensant la forme actuelle étincelante de Simon. 0-2 (15ème)

            Les occasions pour aggraver le score étaient nombreuses notamment sur des tentatives lointaines de Paul et Kevin mais manquaient d’un poil de précision. Paul allait une nouvelle fois se montrait des plus altruistes en croisant une balle parfaite en profondeur pour Steven qui éliminait le gardien pour le 3-0. La qualité de la transmission et le timing de l’appel étaient parfaits. 0-3 (30ème). Stigmate du comportement adverse, Steven laissait sa place après avoir reçu un coup alors que le ballon était à 80m de l’action. Assez étonnant comme concept défensif. Paul, Bastos, Loïc se faisaient ensuite « ramasser » littéralement. Seul un carton jaune venait sanctionner « l’œuvre collective adverse » de ce premier acte. Plutôt léger en terme de répression en terme d’arbitrage.

            L’ESCC concluait ce premier acte sur ce score de 3-0. Le second acte allait être un véritable test tant dans la solidarité que dans l’intelligence de jeu, la maitrise des nerfs et l’expression collective.

 

            Clairement, l’objectif était d’éviter de porter le ballon, faire courir l’adversaire et limiter les duels au maximum en faisant circuler le ballon au mieux. Au vrai, l’ESCC était obligé de s’adapter au contexte pour à la fois préserver son résultat et son intégrité physique. Sacré conception du football imposée.

 

            En 2004, Rohff avait signé un album « La fierté des nôtres », c’est un peu ce que chaque membre – joueurs et dirigeants - de l’ESCC allait pouvoir se dire durant ce second acte et se montrer simplement fiers de l’image affichée.

            Tout en maitrise, l’ESCC allait se montrer placide, imperturbable et démontrant un flegme remarquable. Si l’ESCC n’allait pas ajouter de nouveaux buts, collectivement, le onze aligné se montrait aussi intelligent dans la gestion du ballon que dans la maitrise de ses nerfs. En effet, à l’heure de jeu on ne comptait plus le nombre de fois ou la fameuse expression « fils de péripatéticienne » avait été usité tandis que le terme « enc*** » était alors devenu une simple conjonction de coordination dans les échanges. Grosse envie d’offrir un Bescherelle à certains pour le coup.

 

            Bref, vous l’avez compris, il nous tardait très rapidement la 90ème. Enzo ajoutait un quatrième but mais logiquement refusé en raison d’une position de HJ de Loic, gênant le gardien. JB, Cyril, Kevin se procuraient de nouvelles occasions de scorer. En vain. Fa n’avait strictement rien à faire hormis une frappe et un corner à gérer, bien aidé en cela par Kevin.

 

            Il restait 5 minutes à jouer quand on atteignait le sommet de la débilité et du dégout, sur une anodine touche, objet de strictement aucune contestation, le 3 adverse crachait sur Christian, le juge de touche de l’ESCC. Là on atteignait côté ESCC, le sommet du self control, pour ne pas que ça dégénère complètement. Bien entendu, comme depuis le début de la rencontre l’arbitre central n’assumait en aucun cas les prérogatives de sa fonction, en ne disant absolument rien.

 

            Sportivement, l’ESCC s’imposait 3-0 à l’extérieur et réalisait une excellente opération après ses deux précédentes victoires à domicile, entretenant sa série en cours.

 

            D’un point de vue moral, comment-il possible de disputer ce genre de rencontres ? Ou le seul objectif en débutant le match est qu’il nous tarde qu’il se finisse.

 

            Tirons un coup de chapeau à l’encadrement adverse qui a tout fait pour essayer de calmer les ardeurs de leur groupe et qui suscitent plus de compassion qu’autre chose. C’est des gens passionnés qui s’occupent de joueurs qui ne le méritent - simplement - pas.

 

            Nous de notre côté, on vient nous voir pour décaler des mains courantes de 15 cm ou parce qu’il manque 20 lux à un projecteur. Soit, c’est « réglementaire ». Commençons à supprimer quelques licences auparavant, ce n’est pas prévu dans le règlement certes, mais ça fera plus de bien au football que de changer une ampoule un peu faiblarde d’un éclairage …

 

 

            Evidemment, pas de cri de victoire après une rencontre comme ça…dénuée de tout plaisir.

 

            On garde les chants victorieux pour le week-end prochain – espérons-le tous – et une double qualif en demi-finale pour les filles et la 2 !!!

 

            Allez l’ESCC !

 

 

 

 

Buts : Steven x2 et Simon

 

Passeurs : Paul x3

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Paul pour sa prestation complète (passeurs, repli défensif, maitrise des nerfs)

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- Cette rencontre a enlevé tout romantisme au football. On passe.

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- Bastos et son CF => trajectoire de la balle proche de toucher un parapente en vol dans les Gorges du Tarn

 

 

 

Victoire sans plaisir

Partager cet article

Repost 0