Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FC Rieupeyroux/La Salvetat – ESCC             1-3

 

 

=> La feuille :

 

Match : 20h00

Terrain : bon et sec

Arbitrage : RAS pendant 70mn, en déconfiture totale les 20 dernières…

Temps : venté et froid

Température : 9°

Esprit du match : plutôt bon

Spectateurs : une 100ne

Arbitre Assistant : Christian

Amendes : merci Bastos pour son alimentation régulière

3ème mi-temps : à célébrer la rareté

 

                                                                                                                              

Le groupe : Fa, Enzo, Jjo, Ju, Paul, Steve, Simon, Kevin, Bastos, Bast, Loïc, Will et Ben.J

           

           

 

           

            Avant un nouveau week-end de repos début mai, l’ESCC se déplaçait à Rieupeyroux pour conclure son marathon du mois d’avril à 4 rencontres avec l’objectif de signer un 4ème succès en autant de matchs après Bezonnes, Millau et Villecomtal.

            Toutefois, le contexte était quelque peu particulier. En effet, de nombreuses absences et absents venaient compliquer ce déplacement. De plus, la demi-finale de l’équipe réserve le week-end d’après imposait au groupe 1 certains choix afin de ne pas pénaliser les joueurs du groupe 2. En effet, les joueurs retenus pour ce déplacement en 1 ne pourraient règlementairement pas  prendre part à la demi. C’était un fin équilibre qui devait donc être trouvé. Et des choix étaient faits, afin de ne pas pénaliser l’équipe 2.

 

            Par conséquent, l’ESCC se déplaçait en mode commando : Enzo et Bastos – diminués - formaient à eux deux un seul joueur valide, Willy reprenait du service en équipe une - alors que pour son dernier match le franc était encore la monnaie du pays - et Bast endossait le rôle de 13ème, sachant pertinemment que sa prothèse de hanche ne lui permettrait pas grandes arabesques footballistiques.

 

            Au regard des joueurs en présence, l’ESCC était même contraint de réaménager son schéma tactique, seul le milieu de terrain axial restait inchangé.

            Et finalement, l’ESCC signait un début de match plutôt intéressant malgré tous ces potentiels éléments déstabilisateurs. Le triangle côté gauche BenJ-Simon-Paul combinait plutôt bien et ces deux derniers, progressivement, se montraient incisifs. C’est pourtant Steven qui faillit profiter d’un dégagement un peu trop lent du gardien. Mais le ballon contré revenait avec réussite dans les bras du portier. Si l’ESCC était parfois mis en difficulté sur de longs ballons de côté, la ligne défensive gérait plutôt sereinement, hormis sur un centre fuyant que Fa négociait maladroitement. Côté offensif, Steeve et Kevin prenaient leurs chances de loin et n’étaient pas loin de tromper la vigilance du gardien, d’une part sur un lob lointain et d’autre part sur une frappe fuyante.

             Mais c’était sans commune mesure aux deux énormes loupés qui allaient suivre. Sur un excellent travail côté gauche de Paul, celui-ci adressait un centre parfait tendu dans les 6m. Le plat du pied de Steeve, presque inexplicablement, ne trouvait pas les filets à 3 m de la ligne. Cinq minutes plus tard, c’était au tour de BenJ de rivaliser de maladresse suite à un corner mal repoussé par le gardien. Sa demi volée pied à 5m effleurait la transversale mais fuyait la cadre.

            L’ESCC concluait ce second acte sur ce score de 0-0 en ayant véritablement loupé l’opportunité de rentrer avec au moins un but d’avance.

 

            La reprise de cette seconde MT était plutôt poussive. Le retour à un schéma plus classique semblait presque desservir l’ESCC. Toutefois, Simon, sur un CF aux 25m, obligeait le gardien à une superbe parade. Si l’ESCC subissait quelque peu, par séquences, c’était surtout lié à l’état physique déclinant des joueurs semi blessés qui payaient leurs efforts. Mais offensivement, l’ESCC restait fringante. En effet, sous l’impulsion de Loïc côté droit et Kevin par ses percées axiales, l’ESCC maintenait sous pression l’adversaire. Et c’est Paul qui, parfaitement servi en profondeur par Will, ouvrait le score (0-1, 73ème), malgré que le juge de touche adverse l’ait signalé en position d’hors-jeu, à tort.

            La contestation adverse semblait alors complétement déboussoler l’arbitre central. Jusqu’ici impérial dans sa fonction, ce dernier allait complètement sortir du match. 

            Toutefois, avant d’évoquer le côté burlesque de la suite de la rencontre, la réaction adverse était immédiate et 5mn plus tard, l’égalisation intervenait suite à un centre au premier poteau parfaitement coupé par l’AC adverse (1-1, 78ème).

            Durant donc les 10 dernières minutes, de manière inexplicable, l’ESCC allait être sanctionné de 2 cartons jaunes et un rouge. Ce dernier également adressé à un adversaire sur la même action, on y reviendra.

            Tout d’abord, durant les dix dernières minutes, tout duel joué par Kevin se soldait inexplicablement par une faute à son encontre. Les raisons de cette subite fixette étaient juste irrationnelles et incompréhensibles. Kevin aurait même pu à ce moment-là régler le conflit israélo-palestinien, rien n’y aurait fait, l’arbitre du centre lui aurait trouvé quelque chose à redire. 

            Ensuite, JeanJo -  réputé pour sa propreté de son jeu et de ses interventions - était sanctionné par un carton jaune, à la hauteur de la médiane. On en recherche encore la cause. L’accrochage était tellement banal, que les équipes, après le coup de sifflet de l’arbitre ne savaient même pas ce qui avait été signalé. Et donc encore moins le « sens ».

            Enfin, alors que l’on disputait la dernière minute, on atteignait le sommet de la bêtise, du zèle arbitral. Le paroxysme du non-sens et du manque de pédagogie. Sur une protection de ballon au niveau des bancs, Paul prenait un coup par derrière de son vis-à-vis. Faute signalée. Sa réaction d’enfant lui faisait envoyer le ballon sur le fautif, sans aucune violence. Petit accrochage entre les deux, rapidement séparés de part et d’autre par les coéquipiers respectifs. Et là, attention, le grand spectacle débutait : carton rouge de part et d’autre avec comme motif faute grossière ! Rien de moins !

            Une altercation banale comme il peut y en avoir 4-5 par matchs se soldait donc par une sanction disproportionnée. En effet, le motif retenu se solde normalement par 3 matchs fermes pour chacun des joueurs alors qu’un avertissement de chaque côté ou un simple rappel à l’ordre oral au regard de la minute jouée suffisait largement… Le match se finissait sur ça, alors que la rencontre entre joueurs s’était globalement très bien déroulée.

            Imaginons, un instant ce type d’approche - arbitralement parlant - lors de notre rencontre à Millau, c’était le GIGN qu’il fallait pour finir la rencontre.

 

            Toujours est-il que malgré les turpitudes de l’officiel en cette fin de rencontre, l’ESCC avait jeté ses dernières forces pour arracher la victoire. Et on croyait bien que les noirs et blancs avaient laissé passer leur chance quant à la 90ème Steeve échouait dans son face à face avec le portier adverse. Mais c’était sans compter sur le pied gauche de Willy et le corner consécutif. Ce dernier déposait donc un corner soyeux et magnifique sur la tête de BenJ qui redonnait l’avantage à l’ESCC, d’un coup de tête rageur. Faille spatio-temporelle terrible dans l’histoire du football : BenJ inscrivait son premier but de la saison et influait sans doute Sergio Ramos, qui publiait dans la foulée sur Twitter un sobre « Like an example ».

            Tout comme la fin du match face au Monastère ou JeanJo avait délivré les siens, c’était au tour de BenJ d’attendre le money time pour redonner l’avantage, permettant une nouvelle joie collective intense. Un écart qui allait même croitre à la 92ème quand Steeve, cette fois-ci, remportait don duel avec le gardien (1-3, 93ème), avant donc cette fin mitigée, évoquée ci-dessus.

 

            L’ESCC arrachait donc une superbe et précieuse victoire dans des conditions particulières. Mais c’est bien souvent celles-ci les plus belles. Cette victoire pourrait et devra prendre des circonstance encore plus heureuses en cas de qualification de l'équipe 2. Des choix forts ont été forts en faveur de cette équipe. Aux joueurs de cette formation à valider ces décisions.

 

           Pour autant, cette victoire en elle même ne servira - sans doute - pas à grand-chose en terme comptable.

 

            En effet, comme évoqué la semaine dernière, le leader Pays Alzuréen – à deux matchs du terme ou un seul, selon les formations – à assurer mathématiquement son accession et son titre de champion en 1ère division. Une conclusion logique au parcours quasi sans faute de ce dernier, qui dans un style et un schéma de jeu différent à survoler la poule (quand on parle de différent, ce n’est pas pour rabaisser, merci de bien le noter, ça évitera les non-sens entendus, on n’a jamais dénigré une équipe). Même si l’ESCC n’a quasi rien lâché en cette phase retour jusqu’à cette rencontre de samedi, le leader en a fait de même : les deux formations signant l’exact même bilan comptable, jusqu’à ce week-end.

 

            Au final, l’ESCC va terminer sa saison avec un total de points compris entre 66 pts  et 74 pts (en incluant la victoire à Millau). Un bilan comptable qui 9 fois sur 10 assure le club de l’accession au  niveau supérieur. Pas cette fois. Il aurait fallu signer un bilan identique aux deux saisons, qui avaient permis à l’ESCC d’être champion, pour rééditer le coup (79 pts en 2009-2010 et 73 pts en 2013-2014).

            Il n’en sera rien cette saison, tout comme la saison dernière. L’ESCC échoue à quelques points de l’objectif…et ne pourra fort sans doute compter sur la réussite des clubs aveyronnais à l’échelon régional pour bénéficier d’un coup de pouce. A moins que…

 

            Rageant car aucune des composantes du club ne méritaient - deux saisons consécutives - un final de la sorte et surtout le noyau de joueurs évoluant ensemble depuis deux ans a minima jusqu’à 8 ans pour certains.

 

            Le sport n’est pas toujours très logique, et c’est peut être mieux ainsi.      

 

            Good luck à la 2 samedi prochain désormais.

 

 

 

Buts : Paul, BenJ et Steven

 

Passeurs : Will x2 et Loïc

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Ju, pour son esprit collectif envers le groupe fanion. Merci mec d’avoir fait passer l’intérêt collectif avant l’intérêt individuel !

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- Will et Bast, à la rescousse du groupe

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- co-attribution Steven/BenJ pour leurs deux loupés à 2m des buts en 1ère MT.

Au nom du club

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :