Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

US Pays Alzuréen – ESCC             4-3

 

 

=> La feuille :

 

Match : 20h00

Terrain : tracteur tondeuse en panne sinon assez bon

Arbitrage : Globalement bon, s’assure la sortie sur le dernier 1/4h en sifflant à sens unique (rien à voir avec le dernier but)

Temps : humide et pluvieux

Température : 8°

Esprit du match : moyen

Spectateurs : Une 100aine

Arbitre Assistant : Christian

Amendes : pas mal

3ème mi-temps : clairsemée

 

                                                                                                                              

Le groupe : Max, Douz’, Yo, Loïc, Sim, Cyril, Paul, Kevin, Jjo, Gaël, Bast, Cédric, Bastos et Ben.J

           

           

« Un match nul que l’équipe fanion de l’ESCC pensait avoir aussi arraché à Lanuéjouls face à Pays Alzuréen en égalisant à la 92ème après avoir été mené 3-1 à la 50ème. Mais une dernière opportunité locale allait être fatale aux noirs et blancs qui s’inclinait finalement 4-3 (buts de Cyril, Yohan et Gaël). Si le scénario est cruel pour l’ESCC, le résultat final est relativement fidèle à la physionomie du match qui aura vu l’ESCC globalement mal menée, se montrant notamment trop friables et fragiles défensivement ».

                 

           

            Avant donc de revenir sur ce final épique, commençons par le… commencement. On peut dire qu’en ce samedi pluvieux, le round d’observation n’aura pas existé. En effet, au bout de 180 secondes de jeu, il y aurait déjà pu avoir 1-1. En effet, on jouait depuis une petite minute quand sur le premier débordement côté droit, l’attaquant adverse d’une reprise acrobatique peu académique mais presque efficace trouvait l’arrête extérieure du montant de Max. Car oui, héritage de notre période blessure, l’ESCC avait à sa disposition ce week-end le nombre exact de… zéro gardien ! Bon pour le coup, désavantage aussi côté adverse qui ne jouait pas avec son gardien habituel. Match nul de ce côté.

            Logiquement, sur la première possibilité en mode « test prototype », Paul allumait une première mèche aux 25 m. La prise de balle du portier adverse était certes incertaine mais déviait la tentative en corner. Un corner dangereux mais repoussé tant bien que mal par l’arrière garde locale. On croyait alors l’ESCC bien dans son match. En vain. Il suffisait de deux longs ballons dans la moitié de terrain pour voir que fébrilité et léthargie avaient décidé de faire bon ménage en ce samedi soir. Résultat : deux buts encaissés aux 13 et 23èmes minutes !

            A vrai dire en 1ère MT, hormis Paul, Cyril et Loïc, le reste des prestations individuelles étaient au mieux moyennes, et pour le reste, très médiocres. L’équipe adverse n’avait pas eu besoin de bien forcer son talent pour prendre les commandes. Et pourtant, que de regrets. A peine, les noirs et blancs arrivaient à mettre les trois précédemment nommés dans des conditions de jeu à peu près potables, les 1 vs 1 tournaient quasi systématiquement en leur faveur. Logiquement, on retrouvait ces joueurs lors de la réduction du score, Paul pour Cyril à la 33ème (2-1). Même si Kevin sur corner, BenJ sur un enchainement de crochets slow motion, Kev’ à nouveau sur un centre tir retombant sur la barre tentaient leur chance, le score de 2-1 à la pause était logique.

 

            Soufflante collective méritée mais sévère pour les offensifs mais on fait un sport co, c’est aussi ça, parfois.

 

            Malgré une litanie de meilleures intentions durant le quart d’heure de repos, le 3ème but - dès la reprise - semblait mettre en scène une défense de u13 face à des seniors. Une succession d’erreurs se concluait par un penalty logique (3-1, 50ème). Encore une fois, bel hommage à l’adage « donner le bâton pour se faire battre ».

 

            Les cinq minutes consécutives à ce troisième but n’avaient que peu d’intérêt entre la sensation d’un côté d’avoir fait le break et de l’autre, d’encaisser un but supplémentaire à un moment absolument pas opportun.

            On tombait alors durant 20 bonnes minutes dans un match haché au cours duquel les imprécisions techniques affolaient les statistiques ; agrémentées de trop de fautes. Et trop de paroles. Pas mal de joueurs – des 2 côtés - ont dû être félicités pour leur participation orale lors de leur scolarité. En ce qui concerne, par contre, les enchainements collectifs ponctués d’au moins cinq passes…c’était plus difficile.

            Alors que l’on pensait que ce faux rythme total accompagnerait les acteurs jusqu’au terme de la rencontre, il n’en fut rien. Il fallait pour cela soit un but de raccroc, soit un but génial. C’est Yo qui se chargeait d’être l’auteur d’un de ces gestes. D’une demi volée, pas des plus puissantes, mais précise, ce dernier faisait basculer, alors le match dans un final à rebondissements (3-2, 75ème). Pas attaquant de nature pour un sou, c’est bien dans la catégorie « but génial » qu’il fallait classer sa réalisation. L’amour donne des ailes. Et des demi-volées improbables.

            L’ESCC prenait alors logiquement plus de risques. Paul suite à une interception à la médiane ajustait un centre en retrait parfait mais qui ne trouvait… pas preneur. De façon désordonnée, certes, l’ESCC jouait le tout pour le tout. Le dernier quart d’heure était plutôt brouillon et désordonné mais au moins l’ESCC retrouvait de l’allant. On était dans le temps additionnel quand Gaël croisait sa frappe pour l’égalisation sur un ballon trainant entre les 6m et l’entrée de la surface. L’ESCC venait alors d’égaliser (3-3, 92ème).

            Une minute plus tard, un CF – pour le coup complètement inexistant - amenait Max à une dernière et efficace claquette puis à une prise de balle parfaite sur le corner suivant. Toutefois, sur son dégagement en limite des 18, l’arbitre sanctionnait logiquement ce dernier d’une main hors de la surface ; son geste s’étant achevé en dehors de la surface. Le CF suivant amenait le 4ème but des locaux et la défaite de l’ESCC.

            L’échauffourée de fin de match était aussi utile que faire évoluer Cavani sur un côté, justifié – peut-être en partie - par une extrême sévérité arbitrale sur le dernier ¼ d’heure envers l’ESCC. 

            Un final des plus frustrants mais un partage des points aurait été très bien payé pour les noirs et blancs.

            Ces derniers devront se reprendre immédiatement. En scorant 3 fois à l’extérieur, il est normalement impossible de ne pas ramener des points d’un déplacement. La fébrilité défensive va devoir impérativement être effacée et de manière générale, les prestations individuelles de bien meilleure facture afin de relancer la machine.

 

 

 

Buts: Cyril, Yo et Gaël

 

Passeurs: Paul, Cédric et Simon

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Yo pour son but.

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- Le débrief entre gens des deux clubs sur la rencontre, après le match.

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- La lourdeur des gens qui viennent en rajouter après le débrief, ci-dessus évoqué.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frustration logique. Logique résultat.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :