Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ESCC – Camarès             1-1 (4-5 aux t.a.b.)

 

 

=> La feuille :

 

Match : 19h00

Terrain : très moyen

Arbitrage : très bon, hormis quelques petites fautes sévères de part et d’autre

Temps : assez bon finalement

Température : 3°

Esprit du match : très bon

Spectateurs : Une 50aine

Arbitre Assistant : Christian

Amendes : récolte faible

3ème mi-temps : selon

 

                                                                                                                              

Le groupe : Clém, Douz’, Patx, Loïc, Ju, Loïc, Paul, Kevin, Jjo, Gaël, Cyril, Cédric, Bastos et Ben.J

           

           

                 

            « En recevant Camarès, pensionnaire de 1ère division, l’ESCC partait avec les faveurs des pronostics et si le début de match était plutôt timoré, l’ESCC ouvrait le score à la 30ème minute par Gaël, exploitant un centre mal repoussé. Auteur de 45 premières minutes sérieuses, les noirs et blancs reprenaient péniblement, certes en se procurant toujours des opportunités mais en étant moins souverain dans le jeu. Sur un alignement défensif défaillant, Camarès égalisait à l’heure de jeu. A partir de la 70ème et ce, jusqu’à la fin des prolongations – le score n’allait plus bouger – l’ESCC amassait les occasions de tuer le match à maintes reprises. Mais le manque de réalisme offensif et de lucidité dans le dernier geste, déjà défaillant lors de la dernière rencontre de championnat, allait être préjudiciable aux noirs et blancs. En effet, aucune action ne s’avérait décisive et ne permettait de donner l’avantage à l’ESCC, qui avait dû, également, gérer quelques contres adverses très dangereux.

            Les tirs aux buts, avec un seul échec sur l’ensemble de la série, côté ESCC, tournait en faveur de la formation adverse. L’ESCC quittait donc la compétition dès son entrée en lice. Un résultat qui prend la forme d’un énorme échec sportif pour ce groupe, défaillant aussi en termes d’état d’esprit, venant sanctionner sévèrement une performance d’ensemble qui aurait dû – toutefois - permettre à cette formation de franchir ce tour ».

           

Voilà en version courte ce que donnait le débrief de la rencontre. Un véritable condensé en 120 minutes des regrets accumulés par l’ESCC.

Des regrets ? Evidemment et à plus d’un plan.

Quand bien même que l’ESCC soit tombé sur un gardien plutôt inspiré, des montants (à deux reprises) récalcitrants, une certaine inefficacité dans le dernier geste, de la maladresse chronique ; la qualification était largement à la portée de l’ESCC. Même dans un jour sans.

Mais les noirs et blancs se sont mis « la tête à l’envers ». D’une part offensivement, de ne pas être efficace dans le dernier geste et un fait, mais celui d’avoir manqué de liant, de mouvement,… en est un autre. L’ESCC a été très défaillant sur ce point malgré les consignes, notamment les acteurs offensifs.

D’autre part, de manière plus générale, l’extrême nervosité affichée a été déterminante dans la gestion des temps forts / temps faibles. En effet, le terrain difficile a accentué les imprécisions techniques de TOUS. C’est sur ce point où les noirs et blancs n’ont pas su se comporter en équipe, l’un reprochant à l’autre ce qu’il venait et/ou ce qu’il allait lui aussi louper dans des conditions totalement similaires.

 

Dans un contexte « championnat », sur une rencontre déterminée et de manière très ponctuelle, ce type de comportements, décrits ci-dessus, peut s’entendre ou certes le résultat prime mais dans le respect des idées, des fondamentaux de jeu que l’encadrement veut mettre en place. En résumé, il faut rechercher le fond et la forme sur l’ensemble et avoir de l’exigence liée à ces objectifs. On ne va pas taper des quilles toute l’année même si ça gagne.  

Mais dans un contexte coupe, même si certains aléas sont contraires, il faut savoir faire corps ensemble et outrepasser les obstacles. Même si l’on doit passer « salement » (dans la forme, pas l’attitude envers les autres acteurs). La performance doit alors s’inscrire dans la globalité d’un parcours, étapes après étapes. L’impératif du résultat s’impose. La satisfaction doit être uniquement là : la qualification. Qui retiendra la performance du futur vainqueur de ce trophée lors des 32èmes de finales ? Absolument personne, à part les puristes et les esthètes. Et encore.  

 

La fin est regrettable. Encore plus pour certains. Cette sortie prématurée entraine aussi sûrement l’hypothèse d’un dernier beau parcours pour la génération des joueurs nés dans les années 80. Ce sera désormais à la décennie suivante – dans un contexte différent – d’aller chercher des performances, des parcours mémorables et des coups d’éclats. Son histoire aussi. Si tant est que le cœur leur en dit.

 

 

 

Buts : Gaël

 

Passeurs :

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Max et Lio.

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- on n’en a pas trop, alors souhaitons simplement un très bon parcours à l’adversaire du jour.

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- La pause match/prolongations ! Exceptionnel côté ESCC

 

 

 

Un petit tour et puis…
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :