Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ESCC – US Rignac             0-1

 

 

=> La feuille :

 

Match : 20h00

Terrain : la meilleure version depuis le début de la saison

Arbitrage : c’est catastrophique chaque fois, fort heureusement le banc et les joueurs des deux côtés ont fait preuve de détachement et lucidité. Des décisions, enfin inepties, sans incidence sur le résultat malgré tout.

Temps : parfait, un 20 octobre exceptionnel

Température : 13°  

Esprit du match : excellent  

Spectateurs : 120

Arbitre Assistant : Nico

Amendes : merci aux fidèles !

3ème mi-temps : aurait pu être magnifique en cas de succès

 

                                                                                                                              

Le groupe : Gaé, Kev, Bast, Sim, Clém, Paul, Phil, Loïc, Antho, Cyril, Jjo, Gaël, Bastos et Ben.J

           

           

            L’ESCC retrouvait le championnat après un intermède coupe Occitanie victorieux face à Larzac Vallées. Pour cela, c’était la réception du leader invaincu, Rignac, qui attendait l’ESCC. Un gros morceau. En effet, il y a encore quelques mois, l’ESCC était à des années lumières de se dire que des confrontations face à de telles formations, en championnat pourrait avoir lieu. Club historique et pensionnaire installé à l’échelon régional, croiser ce type de clubs – hormis en coupes de France ou du Midi – paraissait bien utopique.

            Mais cette saison, ou plutôt la transition vers une uniformisation des niveaux a eu des répercussions à tous les niveaux. Et voilà l’ESCC qui joue des adversaires tels que Rignac ou Naucelle, à la régulière, sur deux confrontations. Ca ravit les noirs et blancs, pas sûr qu’en face, toutefois, on souhaite s’éterniser à ce niveau.

 

            Une fois dressé ce constat-là, le retour à la réalité était indispensable. En effet, malgré un début de saison plutôt emballant dans le jeu (hormis le déplacement à Séverac), l’ESCC a laissé s’éparpiller trop de points en route. Son escarcelle s’en ressent, et le besoin de points, s’il n’est pas encore urgent, est nécessaire.

 

            Tout était parfait pour cette rencontre, des conditions idéales, un bel adversaire, une belle affluence, un groupe au complet côté ESCC, seul un paramètre – ingérable – n’était pas au RDV (cf. intro), il allait falloir faire avec. Dès les premiers ballons, on comprenait rapidement que cette rencontre allait être classée dans la catégorie « gros matchs ». Elle ne veut rien dire en soi, mais c’était clairement perceptible, le niveau d’intensité était différent. En effet, on se rapprochait très rapidement des standards de la rencontre en Coupe de France à Naucelle, par exemple. Signes communs : offensivement, il n’y allait pas avoir pléthore d’opportunités nettes et si elles se présentaient, les noirs et blancs (jaunes pour cette rencontre) allaient devoir faire ce qu’ils font avec parcimonie depuis le début de l’exercice : être efficaces.

 

            Le premier acte était globalement maitrisé par l’ESCC, le positionnement du bloc et l’occupation de l’espace étaient favorables aux noirs et blancs. Concernant les opportunités de concrétiser cette bonne première mi-temps, l’ESCC s’en procurait deux notables, par Gaël et Paul. Mais la tentative du premier nommé flirtait avec la base du montant après une frappe croisée et celle du second était repoussée par le portier adverse. Côté adverse, hormis un centre fuyant à la demi-heure de jeu qui échappait, finalement, à tous les joueurs et 2 corners repoussés sans frémissement, l’ESCC se montrait très costaud défensivement, en prenant le partie de relancer au sol dès la base arrière, ce qui fait toujours un peu frémir notre public.

 

            A la mi-temps, la situation était paradoxale. L’ESCC avait signé 45 premières minutes de très bon niveau notamment concernant l’implication, l’état d’esprit, le respect des consignes collectives et les intentions. Il ne manquait plus que le tableau d’affichage.

            Toutefois, les noirs et blancs restaient méfiants au regard des qualités individuelles adverses. Il allait falloir limiter le nombre d’erreurs et ou d’approximations pour ne pas s’exposer.

 

            C’est cette crainte qui permettait à l’ESCC de revenir de la meilleure des façons dans la partie. Après dix minutes assez tranquilles, plutôt logique après l’intensité du premier acte, l’ESCC accélérait. On jouait depuis 15 minutes quand les noirs et blancs exerçaient une énorme pression sur le but adverse en obtenant notamment quatre corners sur un énorme temps fort. Sur l’un d’entre eux, Kev trouvait voyait sa tête finir sur la barre transversale. Cyril, quant à lui, après un enchainement collectif parfait voyait sa frappe rasant détournée par la main ferme du gardien. Enfin, Antho tentait sa chance sur une demi-volée d’une trentaine de mètres. Sur le coup, il faut l’avouer, on a eu plus peur pour ses ischios que pour l’ouverture du score, malgré la beauté du geste et son intention louable, bien négociée par le gardien. La rentrée des remplaçants apportait énormément, les 3 entrants se mettant notamment très rapidement au diapason de leurs coéquipiers notamment Bastos, dans un poste inhabituel pour lui.

             En parlant de gardien, Gaé, côté ESCC n’avait que très peu de choses à faire. Toutefois il négociait parfaitement 3 longs ballons hors surface, en éloignant le danger. A signaler également, l’intervention parfaite de Jjo, sur une frappe en pivot du 9 adverse. La seule frappe adverse cadrée du second acte. Jusqu’à la 94ème

 

            En effet, aux environs de la 85ème, l’ESCC dressait le constat suivant à défaut de ne pas gagner, il allait falloir ne pas perdre. C’est vers un partage des points que les eux formations se dirigeaient quand sur un CF – semblant anodin - peu après la médiane, rapidement joué, permettait à un adversaire d’envoyer un centre fuyant magnifique. La trajectoire de ce centre rendait toutes interventions défensives compliquées. L’attaquant adverse surgissait au second et d’une tête, plus réflexe qu’autre chose, ouvrait le score. Scénario horrible pour l’ESCC.

 

            Et pourtant sur l’engagement, Kevin trouvait Antho, son centre fort au premier poteau touchait la zone parfaite. Le 3 adverse intervenait en taclant dans ses 6m le ballon juste en dessus sa transversale, incroyable de réussite tant le geste était risqué au regard de la trajectoire de balles. L’ultime corner ne donnait rien. L’ESCC s’inclinait 1-0. Et avec ce résultat, glissait malheureusement vers le bas du classement. Une issue et un classement des plus rageants au regard notamment de la prestation fournie, au terme de laquelle un partage des points aurait été ultra logique et une victoire de l’ESCC, pas imméritée (et aurait surtout permis de déboucher sur un grosse 3ème MT).

            Mais la forme n’a jamais rapporté de points, c’est le résultat qui prime. Et si l’ESCC veut continuer à évoluer dans des sphères lui permettant d’affronter de tels clubs, comme cités en début de récit, il va falloir désormais très rapidement aller chercher des points.

 

 

 

Buts :

 

Passeurs :

 

 

Ballon d’or du match, récompense le meilleur joueur ou LE geste du match :

- Phil et Simon, une nouvelle fois

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match, un esprit sportif évident ou un élément notable positif :

- le déroulé de la rencontre quasi parfait sans aucune attitude répréhensible de part et d’autre.

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- les filles l’ont filé à BenJ, pour Neymarisation accentuée. pas pour le côté technique, pour le côté danseuse.

 

F***ing extra-time
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :