Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Druelle FC II – ESCC             1-2

 

 

=> La feuille :

 

Match : 19h00

Terrain : beau de loin mais douloureux de proche ce synthé

Arbitrage : bon +

Temps : venté

Température : 14°

Esprit du match : hormis quelques (petits) accrochages, rien à redire

Spectateurs : 80

Arbitre Assistant : Phil

Amendes : belle cuvée à nouveau

3ème mi-temps : opening BQC/Loft 19/20

 

                                                                                                                              

Le groupe : Val, Kev, Bast, Jjo, Clém A, Loic, Bastos, Paul, Antho, Cédric, Gaël, Cyril, Nono et Ben.J

           

           

                   

            Après l’intermède victorieux en Coupe Occitanie, l’ESCC retrouvait le championnat pour débuter une série de trois rencontres consécutives, avec un déplacement à Druelle.

Equipe promue, réserve d’équipe fanion pensionnaire de ligue, surface synthétique, l’ESCC s’attendait à une formation joueuse.

 

            Pas de round d’observation pour cette rencontre, en effet l’ESCC, bien que remaniée au gré des absences et des retours dans le groupe, effectuait un début de match emballant. On jouait depuis 3 minutes quand Cyril servait Kev peu après le rond central, son contrôle orienté et l’anticipation mal négociée du défenseur offrait à ce dernier un face à face, remporté par le gardien, première touche à son œuvre gloable personnelle. Toutefois, l’ESCC ne tergiversait pas car sur le corner consécutif, Antho déposait le ballon sur la tête de Clem pour le 1-0 (5ème). C’est quelques secondes après que l’ESCC allait beaucoup plus tergiverser quand Antho devait quitter prématurément ses coéquipiers, blessé et victime d’une fracture du poignet suite à une mauvaise chute après un duel anodin. Les noirs et blancs encaissaient un coup dur dès l’entame de cette rencontre avec la sortie sur blessure de l’un des siens, les dix minutes suivantes étaient particulièrement compliquées moralement. Cet incident impactait d’ailleurs le rythme général du match pendant une dizaine de minutes. Progressivement, à l’entame du second quart d’heure du premier acte, le match reprenait en intensité.

 

 

            La demi-heure qui allait suivre et globalement la suite de la rencontre était assez paradoxale et particulière. Les locaux se montraient maitres dans la possession de balle (on devait être vers un 60/40 en leur faveur), mais plutôt de façon stérile et inoffensive. Leurs phases de préparation assez longues permettaient à l’ESCC d’être en place assez sereinement même lors des pertes de balles intempestives. A contrario l’ESCC faisait preuve de plus de verticalité dans ses offensives et obtenaient sur quasiment chaque séquence offensive une action de but. Lors de cette demi-heure, Clem (frappe à 25 m), Paul & BenJ (frappes à l’entrée des 18), Cyril (face à face) et Kev (tête piquée), tombaient sur un gardien en feu, auteur de parades - chaque fois - décisives. En fin de premier acte, le milieu adverse et la charnière accumulaient les pertes de balles. Sur l’une d’entre elles, Cyril « volait » le ballon des pieds d’un des axiaux pour fixer puis dribler le gardien pour le 2-0. L’ESCC faisait le break de façon assez logique.

            Défensivement, l’ESCC s’était montré bien en place, laissant que peu d’espaces, enfin toujours moins qu’entre les jambes de Bast (ode au grillage ce premier acte !), parfois en jouant même trop bas. Toujours est-il que Val n’avait que peu de ballons chauds à négocier. Deux débordements côté droit venaient troubler la quiétude défensive de l’ESCC.

            Pour le reste, les éléments défensifs se montraient plutôt à leur avantage notamment dans l’anticipation, une qualité valorisée sur une telle surface.

 

            Cet avantage de 2-0 était celui sur lequel l’ESCC atteignait la pause.

La seconde MT allait être plutôt pauvre en terme d’opportunités. Si le premier quart d’heure était plutôt maitrisé par les locaux, leurs occasions étaient assez rares. Val avait seulement deux centres fuyant à bien négocier. Il faut dire que la formation adverse restait dans un schéma plutôt défensif malgré le score. C’est l’ESCC qui allait donner les munitions aux locaux de recoller au score. Sur 2 CF consécutifs concédés inutilement, Val sortait une parade salvatrice sur le premier mais s’inclinait sur le second, dans la foulée. Une réalisation d’un ancien de la maison. Put***, les ex., toujours pareil…

            A l’heure de jeu, l’ESCC allait devoir trente minutes durant gérer ce court avantage. Et au final, les noirs et blancs allaient le faire sans trop de frayeur. En effet, les locaux n’allaient jamais véritablement passer la vitesse supérieure, ne serait ce qu’en jouant de façon plus directe. A contrario c’est l’ESCC qui dans les dix dernières minutes se procuraient trois occasions d’ôter tout suspens, Gaël à deux reprises, et surtout Cyril qui trouvait l’arête externe du montant droit.

 

            L’ESCC gérait sérieusement et brillamment cette fin de partie, notamment par l’intermédiaire de Bastos et Kevin, pour préserver ce court avantage et s’offrir une belle victoire mais dans la douleur.

En effet, on est à un niveau de compétition pour lequel perdre un joueur blessé sérieusement - quel qu’il soit - est toujours plus important qu’un simple résultat sportif, quand bien même positif.

            Gage désormais au groupe de s’adapter rapidement à l’absence d’Antho, auteur jusque-là d’un gros début de saison, pour prouver notamment sa force collective et réduire, quelle que soit l'absence, son impact.

 

 

 

 

 

Buts : Clém et Cyril

 

Passeurs : Antho

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- les perfs de Cyril et de la base défensive, tout en sérénité/solidité

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match, un esprit sportif évident ou un élément notable positif :

-  on embarque les buteurs adverses en 3ème MT.

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- Kev et son CF qui a fini dans le gymnase en arrière-plan. Soit 50m derrière

- Antho, désolé, ce n’est pas pour tirer l’ambulance mais put*** Bob l’éponge, seul le vestiaire saura !

 

 

 

 

           

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :