Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rignac US – ESCC             2-0

 

 

=> La feuille :

 

Match : 20h00

Terrain : nullement et étrangement affecté par la pluie mais un peu bosselé

Arbitrage : c’est compliqué, chaque fois… n’influence toutefois nullement le score

Temps : bah…pluvieux

Température : 9°

Esprit du match : très bon

Spectateurs : 80, 2/3 de chez nous tranquillement

Arbitre Assistant : Christian

Amendes : big up le changement d’heure

3ème mi-temps : faut péter la superstition avec ce lieu, chaque fois qu’on y va, on perd

 

                                                                                                                              

Le groupe : JS, Micka, Bast, Jjo, Bastos, Loïc, Adri, Paul, Cyril, Cédric, Gaël, Clem A, Dodo et Ben.J

           

           

                         L’équipe fanion retrouvait la compétition et le chemin des terrains après un week-end de repos. Enfin un week-end de repos, cela dépend pour les gens présents à la séance physique du vendredi 25 au soir… ! Pour ces derniers, le marché noir du déambulateur battait son plein le 26, au petit matin ! Bref, retour à la compétition, incertain pensait-on au regard des pluies généreuses de ce début de novembre. Arrivé sur place, le doute était vite levé, la pelouse rignacoise avait une capacité d’absorption diamétralement opposée à celle de Philo.

 

            Car c’était bien à Rignac que l’ESCC se rendait pour la reprise. Une formation invaincue, comme l’ESCC en ce début de championnat. Pas surprenant pour l’équipe adverse, une des grosses cylindrées de la poule.

 

            Le début de match était plutôt convaincant côté ESCC, on jouait depuis à peine 5 minutes, quand sur un ses premiers débordements Paul parvenait à centrer puissamment devant le but. Panique de mise dans la défense locale mais le gardien repoussait le ballon, Gaël, un poil court, ne pouvait reprendre au point de péno cette première munition. Défensivement l’ESCC se montrait très rapidement bien en place et évitait le bouillon pris la saison dernière en début de match (faut bien qu’on progresse un peu !). Sans être flamboyant dans le jeu, notamment dans le camp adverse, l’ESCC allait se procurer quatre très grosses occasions : Cyril suite à un CPA excentré voyait sa volée mourir au pied du poteau, Gaël ne sortait pas vainqueur de son face à face, et Clem ainsi que Paul, cherchaient plutôt le « golazo » en reprenant par deux fois le centre en une touche et de volée alors que certainement un petit contrôle était possible. Toutefois, point commun, à ces tentatives, toutes étaient hors cadre, on restait dans la droite ligne de la seconde MT de la rencontre précédente, où le réalisme offensif n’avait absolument pas été au RDV.

            Côté adverse, seul un CF excentré semait la panique dans la défense de l’ESCC, filant devant tout le monde pour finir en 6m. Il faut dire que les 45 premières minutes, si elles étaient loin d‘être abouties en terme de jeu et de séquences collectives, étaient plutôt satisfaisantes défensivement. C’était le constat partagé par l’encadrement au repos, qui ne manquait pas de rappeler les carences affichées en terme de contenu.

 

            A la MT, il était clair qu’au regard du match plutôt cadenassé, la première équipe, si tant est qu’il y en ait une, ouvrant le score, ferait ¾ du chemin. Et bien sûr, c’est pile ce qui allait se passer…

 

            Alors que l’ESCC avait repris encore mieux le second acte qu’il avait débuté le premier, notamment sous l’impulsion de Clém et Cyril, signant dix premières minutes intenses et abouties, les noirs et blancs se faisaient surprendre sur un … hors-jeu ! Le central adverse envoyait un long ballon dans la boite, un dégagement mal négocié plus tard, JS se faisait ajuster au point de péno… Voilà la différence avec le manque de réalisme offensif : vous pouvez saccager 10 occasions, les conséquences seront toujours moindres qu’une première approximation défensive… (1-0, 55ème).

            Le coup sur la tête des noirs et blancs était quasi irrémédiable. A partir de là, le second acte était de bien moindre qualité, les locaux ayant fait l’essentiel et abandonnant la maitrise du ballon à l’ESCC, une maitrise néanmoins totalement stérile même si l’entrée de Loïc apportait de la percussion et enfin plus de verticalité. Mais les quelques ballons potentiellement intéressants et / ou dangereux étaient mal négociés par l’ESCC. La formation adverse attendait tranquillement bien en place, avec l’idée d’éventuellement exploiter une éventuelle nouvelle erreur. Et une fois de plus, l’ESCC allait tendre généreusement l’autre joue. Sur une perte de balle à la médiane, une course verticale et une fixation plus tard permettaient de décaler un élément offensif pour le 2-0 à la 75ème. Les adversaires venaient de faire preuve d’un froid réalisme offensif sur deux bribes d’actions, là où l’ESCC, sur de véritables opportunité,s n’avaient pas été en capacité d’amener un vrai danger.

 

            L’ESCC s’inclinait 2-0 et évitait heureusement sur deux-trois derniers contres le 3-0, qui n’aurait pas été – en toute impartialité – représentatif. Une rencontre assez particulière. En effet, c’est quasiment une copie conforme qu’on livrait les deux formations dans leur style respectif, avec peu d’occasions de part et d’autre, les gardiens n’ayant à s’employer qu’avec parcimonie. La clé du match résidait dans l’ouverture du score et le réalisme offensif lié. L’ESCC fut défaillante sur ce plan-là. Les axes d’amélioration sont évidents pour les noirs et blancs, à ces derniers à réagir rapidement et avec conviction.

 

             

 

           

 

Buts :

 

Passeurs :

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Le jeu au pied du gardien adverse est quand même sacrément soyeux.

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match, un esprit sportif évident ou un élément notable positif :

- Quel complexe ! Et big up à cette réception !

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- Cyril, pour sa demi volée qui est sortie de l’enceinte du stade. A quelques jours près, il aurait pu être parmi les potentiels suspects de la mort d’Al Baghdadi, tant son ballon a du finir à des kilomètres de Rignac ...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :