Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Olemps II – ESCC             2-3

 

 

=> La feuille :

 

Match : 20h00

Terrain : synthé

Arbitrage : trio officiel

Temps : plutôt froid et légèrement venté

Température : 4°

Esprit du match : très bon

Spectateurs : 124

Arbitre Assistant : officiel

Amendes : pas mal après l’exceptionnel WE précédent

3ème mi-temps : quelques aléas de réservation mais tout en collectif

 

                                                                                                                              

Le groupe : JS, Micka, Gaël, Clem P, Cédric, Paul, Cyril, Kev, Bast, Jjo, Nono, Bastos, Antho et Ben.J

           

           

           Les deux formations avant le coup d'envoi

 

          Que ce fut laborieux ! L’ESCC a validé son billet pour les quarts de finale de la coupe de l’Aveyron face à Olemps 2, très péniblement et au terme d’une rencontre sans relief dans un premier temps puis renversante pour finir !

           

            Encore une fois, comme depuis, l’entrée en lice dans cette compétition, il fut tout d’abord question de surface de jeu. En effet, comme lors du tour précédent, impossible de jouer sur le terrain initialement désigné, il a  donc fallu trouver une solution. Pas d’inversion cette fois-ci mais une délocalisation à quelques kilomètres, sur le synthétique mis à disposition gracieusement par le club de Druelle. Pas gracieusement dans le sens gratuit, mais plutôt relevant d’une belle solidarité permettant aux deux formations de pouvoir jouer dans des conditions parfaites. Donc merci au club druellois pour ce geste sympa et la mise à disposition de de « ce formidable outil » comme dirait un fameux Jean Michel A. (twittos de la région lyonnaise).

 

 

           Kev', quelques secondes avant de brouiller les images BeinSports, après avoir percuté leur satellite

 

Le décor était planté et sur le papier l’ESCC partait avec les faveurs des pronostics en raison notamment du parcours difficile de la formation adverse en championnat et de l’écart (supposé) entre les deux équipes, sur le papier.

            Faisons preuve de perspicacité et lucidité, ce soi-disant écart allait s’avérer totalement inexistant. D’une part en raison de la prestation adverse de qualité mais surtout en raison de la performance de l’ESCC notamment au cours du premier acte et du début de seconde mi-temps.   

 

   Cyril, premier buteur...

 

...Bast, premier danseur

 

            Très rapidement, l’ESCC se faisait surprendre. Alors que les noirs et blancs s’étaient installés rapidement dans le camp des locaux, les deux premiers « longs » ballons adverses amenaient deux fautes largement évitables. La seconde amenait l’ouverture du score sur un CF direct aux 25m (5ème).

 

            Fort heureusement, l’ESCC revenait très vite au score, dès la 12ème minute, quelques secondes après avoir loupé la balle d’égalisation sur une demi-volée dans les 18, Ga était stoppé illicitement dans cette même zone après un très bon service de Kev. Cyril transformait le pénalty.  

            Même si la formation adverse n’allait pas se procurer de nouvelles situations très dangereuses, l’ESCC laissait planer le sentiment de pouvoir être en difficulté sur un simple ballon anodin envoyé dans son camp. Plus généralement, les noirs et blancs manquaient de percussion et de d’intensité dans les mouvements et les déplacements. Malgré tout, Kev mais surtout Bast se procuraient deux grosses occasions de prendre l’avantage, l’un suite à une frappe lointaine, l’autre sur un centre fuyant.

 

            Le repos était atteint sur ce sentiment très mitigé.

 

            La reprise du second acte n’était pas franchement plus emballante. Logiquement, les noirs et blancs étaient sanctionnés dès la reprise avec un second but adverse vers la 55ème. Le match s’emballait complétement pour alors s’inscrire dans un vrai contexte coupe.

            En effet, l’ESCC répondait quasi immédiatement avec l’égalisation de Paul à l’heure de jeu, tout juste rentré et déjà décisif. On croyait l’ESCC alors enfin réveillé pour de bon ! Absolument pas. Sur une mésentente défensive, les noirs et blancs se retrouvaient réduits à 10 à la 65ème quand Bastos « se sacrifiait » pour l’équipe. Et bien plus. L’intelligence situationnelle de certains a du bon. Tout le monde n’en est pas capable.

Bastos, "héros" malgré lui

 

             Comme bien souvent, cet avantage numérique allait tourner en défaveur de l’équipe en bénéficiant. En effet, l’ESCC, à partir de là, réorganisé tactiquement en conséquence, se montrait enfin incisif et performant. Sans concéder d’occasions, l’ESCC, a contrario, se montrait dangereux offensivement et parvenaient – paradoxalement - à enfin mettre le pied sur le ballon, profitant également du net déclin physique adverse. Gaël, à trois reprises, ne parvenaient pas à cadrer ses tentatives de même que Kev qui voyait sa tête décroisée, suite à un corner, frôler le poteau. C’est finalement à nouveau Paul qui délivrait les siens à la 80ème d’une frappe croisée parfaite dans un angle impossible. Les dix dernières minutes étaient gérées assez sereinement par l’ESCC qui écartait les 2-3 CPA lointains envoyés « dans la boite ».

 

Week-end d'après St Valentin oblige... L'amour, put***

 

            Très péniblement, mais avec solidarité et un esprit collectif sans faille une fois réduit à 10, l’ESCC se qualifiait pour les quarts de finale. Un résultat, même s’il fut acquis difficilement, à ne surtout pas galvauder. Sans idées géniales et peu en réussite, l’ESCC a assuré l’essentiel et fait preuve de suffisamment de caractère pour s’éviter une grosse déconvenue devant, à nouveau, un fort contingent de supporters noirs et blancs. Ce n’était pas beau mais l’essentiel est acquis et c’est ce qu’on retient en coupe.

 

            L’ESCC s’offre le droit de revenir au moins au même stade de la compétition que l’an dernier. Et il faudra mettre à profit cette fois l’expérience acquise.       

 

            Retour au championnat pour deux déplacements.

 

 

 

Buts : Cyril et Paul x2

 

Passeurs : Antho et Kev

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Paul pour sa rentrée décisive et Bastos pour son intelligence et son sacrifice

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match, un esprit sportif évident ou un élément notable positif :

- L’état d’esprit général

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- Cyril et Kev qui se rentrent dedans

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :