Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ESCC – Foot Vallon             0-1

 

 

=> La feuille :

 

Match : 20h00

Terrain : à double tranchant

Arbitrage : trio officiel, prestation plutôt correcte mais ne sanctionne pas assez tôt l’accumulation de fautes adverses

Temps : froid

Température : 1°

Esprit du match : ni plus, ni moins

Spectateurs : 150

Arbitre Assistant : officiel

Amendes : cuvée

3ème mi-temps : morose

 

                                                                                                                              

Le groupe : JS, Micka, Gaël, Clem P, Cédric, Paul, Cyril, Kev, Jjo, Bast, Nono, Clem A, Antho et Ben.J

           

           

« Difficile conclusion pour les noirs et blancs dans cette compétition, entre l’énorme frustration engendrée par cette élimination et la sensation de n’avoir jamais été en capacité de prendre véritablement le match en main. De plus, l’image affichée - plutôt médiocre - en terme de jeu devant une belle affluence et des personnes assistant rarement aux rencontres du club, n’est pas forcément représentative de ce que l’ESCC est capable de faire, renforçant la frustration globale. Laissant un goût très amer.

 

A la question d’avoir des regrets ou non, il est difficile d’y répondre. Oui, car avec un poil plus de réussite et sans se montrer très flamboyant, l’ESCC pouvait valider son ticket. Et non car pour avoir de véritables regrets, il aurait fallu que l’ESCC maitrise son sujet et se montre véritablement dominateur, ce que les locaux n’ont pas su faire, passant en partie à côté de l’évènement. »

 

Telle était la conclusion de la rencontre lors de la saison dernière. Au même stade de la compétition. Pour un même résultat.

 

L’ESCC, connaissant la frustration engendrée par ce type de scénario était pourtant averti. Et s’en était même servi de support dans la préparation du match. Surtout ne pas rééditer une performance de cet acabit. En vain. Eviter le dimanche au gout amer, puis le lundi...et ainsi de suite.

Il faut toutefois relativiser, si tant est qu’il soit possible de relativiser une élimination. Si le résultat est identique, le contenu fut quand même meilleur. L’ESCC a eu le ballon 2/3 du temps au cours de cette rencontre. Mais le terrain n’a pas facilité la mise en application de ces séquences. Car oui, une nouvelle fois lors de cette compétition, il fut question de terrain, comme chaque tour depuis l’entrée en lice en décembre dernier.

Les conditions météo d’avant match ne permettaient pas d’évoluer à Curan, initialement désigné. Il fallait alors évoluer à Salles-Curan qui avait l’immense mérite de présenter une surface jouable, a contrario de Curan, mais plus accidentée.

Les deux stades samedi à 9 H 30 ne laissaient place que peu d'alternatives envisageables aux dirigeants.

 

Pour revenir au jeu, l’ESCC a débuté la rencontre trop mollement les 10/15 premières minutes. En concédant l’ouverture du score au cours de cette période consécutivement à un corner, les noirs et blancs ont ensuite dû courir après le score face à une formation au plan de jeu assez clair. Abandon du ballon à l’adversaire et jeu direct sur les offensifs. Une approche qui se prêtait au final plutôt bien au terrain difficile. L’ESCC a de son côté eu le mérite de ne pas tomber dans la prétendue « facilité » de recourir, en réaction, au jeu long mais s’est plutôt évertué à trouver la largeur et les relais intérieurs. Mais au final, le bloc noir et blanc a buté face au bloc adverse sans trouver la faille dans le jeu et a été trop peu performant sur les phases arrêtées.

 

Après difficile de mettre en cause le manque d’agressivité ou la fameuse absence « d’état d’esprit coupe », le levier facilement activable en telles circonstances, que certains ne manqueront pas d’actionner après cette seconde élimination consécutive. En effet, l’ESCC avait le ballon et devait plutôt faire montre de créativité et d’idées que d’impact. Puis c’est surtout des petites fautes, et non des duels ou il faut démontrer une présence physique certaine, qui sont venues hacher le second acte, bien trop tardivement sanctionnées par l’arbitre officiel. Chaque formation était dans un registre différent et avec ce but précoce, une des deux postures était plus facile à tenir que l’autre.

 

Il aurait juste peut-être fallu faire preuve juste d’un peu plus de folie et de flamboyance pour ouvrir le score. Et changer la donne.

 

Le plus gros regret résidera surtout dans le fait de ne pas voir été en capacité de franchir ce tour avec un groupe au complet. A contrario de l’an dernier ou l’ESCC s’était présenté amoindri face à la JSL en 8ème puis Réquista en ¼, l’encadrement des noirs et blancs avait même eu le luxe de pouvoir se passer de certains joueurs qui avaient tout autant leur place que ceux finalement retenus. C’est aussi pour cela, pour la totalité d’un groupe d’une petite vingtaine que cette élimination est regrettable. Renforcé par le fait que l’équipe 2 en parallèle a été stoppée aux portes du dernier carré.  

 

Gageons désormais que l’équipe fanion finira au mieux cette saison en championnat dans la continuité de son parcours effectué jusqu’à présent et ce, pour les 8 derniers matchs, en restant solidaires, disciplinés, assidus, impliqués et durs au mal afin de démontrer une belle image de ce groupe.

 

Pour les détails de la rencontre, retrouvez ci-dessous le CR de la presse locale, bien plus à même que nous pour ce genre de travail.

 

     Crédits photos et article presse : Centre  Presse Aveyron     

 

Buts :

 

Passeurs :

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

-

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match, un esprit sportif évident ou un élément notable positif :

- Tel le Japon à la CDM, on avait le vestiaire adverse presque entièrement nettoyée

 

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- BenJ, 1m trop loin, 1 trop tard. Next, et vite.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :