Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sébazac2 – ESCC         0-1

 

Match 18h – Terrain : sec, argileux et digne d’un mois d’août à 30° de moyenne  - Arbitrage : des débuts fantasques mais ensuite de qualité. A souligné la discipline collective et l’esprit général du match. Comme quoi les WE passent mais ne se ressemblent pas nécessairement… – Pelouse : essaie de s’en sortir – Temps : bon malgré quelques rafales – Température : 14° - Spectateurs : 50 dont 15-20 de l'ESCC – 3ème mi-temps : enfin un retour aux fondamentaux ! Apéro : devant France-Angleterre, dégustation du breuvage de Paul, repas accéléré devant quelques clips musicaux attirants puis départ à Villef’ au début, on devait être 5 puis on s’est retrouvé 20 à vendre du rêve autour de Juju, magnifiquement vêtu puis après avoir lancé quelques chants en l’honneur de l’ESCC et un peu hostiles aux autres, retour à l’aube, vers…ouè voilà, en par là… ah si ! Nous aurions presque pu être premiers aux bureaux de vote le dimanche matin…

 

 

Compo : Fa, Pat, Ju, Juju, Vince/Enzo, Vince2, Lio, Math, Ga, Bast', Yo, Dam dit Plabennekinho et Ben.J

 

 

Se morfondre ou se relever. Tel était l’enjeu du week-end pour l’équipe fanion de l’ESCC. Spirale négative ou retrouvaille avec la victoire. Ce match contre la réserve de Sébazac, elle aussi sortie de coupe la semaine dernière, était un véritable test. Une sorte d’évaluation. Evaluer les capacités de l’équipe à se remettre après, il faut le reconnaître, une terrible déconvenue et cruelle déception. Tel serait le match du jour. Pour réagir, l’équipe était quand même sacrément décimée, entre blessures et suspension. Les gars de l’ESCC se présentaient donc dans une configuration atypique.

Pour débuter, traditionnel round d’observation, plutôt à l’avantage des locaux. L’ESCC, en cette entame, se mettait bien trop rapidement à la faute en concédant trop de CPA. Le fait d’avoir une équipe quelque peu remaniée n’était sans doute pas étrange à ce léger flottement. Cependant, progressivement, l’ESCC retrouvait de l’allant, la ligne de récup’ était plus haute et le trio offensif, Ga, Math et Bast, commençait à trouver de la profondeur. La première grosse occase intervenait sur un déboulé de Math qui sauvait un ballon d’une sortie en 6 mètres pour adresser un centre en retrait à Bast, un peu court, mais Vince qui avait suivi, seul à 8 mètres, louper le cadre. Une énorme occase pour les visiteurs, qui commençaient à prendre leur marque dans la moitié de terrain adverse. L’ESCC était dans le vrai. Les corners s’accumulaient. Sur l’un deux, Math voyait sa première tentative repoussait, le ballon lui revenait dans les pieds pour une seconde chance. Math déposait le ballon au second sur la tête de Lio qui, smashait le ballon et envoyait sa tête piquée « on the lulu ». 1-0 pour l’ESCC. Le plus dur allait s’avérer être fait. L’ESCC continuait. Math, sur une balle en profondeur, cherchait le péno sur un léger contact. Bien mal lui en pris : pas de péno, réprimande de l’arbitre pour simulation grossière et blessure musculaire. La totale. Dam dit « Plabennekinho » rentrait pour apporter sa puissance. Le match s’équilibrait mais l’ESCC jouait quand même bien plus haut. Pat sur une de ses 826 interceptions s’essayait à la frappe. Juju, aussi, à la suite d’une belle action collective. Mais ils trouvaient respectivement les bras du gardien et … un sapin. La mi-temps était atteinte. Le bloc défensif avait su faire face. Seule un ou deux incursions avaient semé le trouble dans ce premier acte. 1-0 à la MT.

Réglages de la machine défensive. Rappel à l’ordre. On repartait pour 45 minutes dans la joie et la bonne humeur du beau football…euh à non, dans les duels âpres, le jeu haché, le jeu long, le jeu aérien et le joga mochito. Les 45 minutes de la seconde mi-temps, pour être honnête, ne resteront pas dans les annales du football aveyronnais du 21ème siècle. Soyons en sûr. Mais, cependant, elles ont quelque part, du bon. Les noirs et blancs firent part d’une solidarité sans faille pour préserver cet avantage minime. L’ESCC avait le match à sa main. Evoluant, volontairement ou pas, assez bas, les noirs et blancs utilisaient la vitesse de Dam, Bast et Ga ainsi que le jeu aérien de Yo pour essayer de se mettre à l’abri. Les locaux, quant à eux et comme l’ESCC, ne se montraient dangereux que sur CPA et une seule fois dans le jeu suite à une légère mésentente dans l’axe central.

Afin de préserver le suspense et d’offrir un peu de rabe de ce splendide spectacle, l’arbitre laissait jouer 51 minutes en seconde mi-temps. L’ESCC concédait 2 corners dans la dernière minute. Lio, pour le fun et pour faire rire ses coéquipiers, faillit y aller de son doublé en…marquant contre son camp sur une tête un peu dévissée…Dernier corner et dernier dégagement. Coup de sifflet final et l’ESCC s’imposait 1-0. Triste spectacle mais opération mathématique plus qu’importante pour les gars du Lévézou. Reste à retrouver un fond de jeu digne de ce nom. Et le reste devrait suivre. Confirmation impérative dès le week-end prochain.

 

 

Les gestes de la journée :

 

- le sac de ciment de Pat embarqué avec son sac de foot. Toujours bon à prendre, on sait jamais, un mur à bâtir en urgence sur un terrain de foot, c’est si vite arrivé.

- Math et ses affaires. Enfin plutôt la disparition de ses affaires…

- Math et son gel massant-pommade, enfin son odeur, à réveiller un mort. 

- Dam et son retard au match. Même Hollywood et ses plus grands réalisateurs n’auraient jamais pensé à un scénario pareil.

- le match de « Jésus » de Pat. Impressionnant. Sans doute « l’effet ciment ».

- Enzo et ses dialogues dans le match. Un truc de fou.

- l’action couennesque du match. Accélération de Math en profondeur, duel à l’épaule gagné par le déf’ central adverse, tentative d’obtention de péno de Math doublée d’un simulation de débutant, réprimande verbale de l’arbitre pour usurpation d’identité (Monsieur, ne vous prenez pas pour Ravanelli !!!) et pour clôturer le tout, blessure musculaire sur le sprint. Une action que l’on peut qualifier de, relativement, aboutie.

- le sombrero toute en délicatesse de Enzo à la 92ème devant les deux attaquants au pressing. La technique s’abat sur certains, des fois, très ponctuellement.

- Juju pris à son propre jeu sur son excursion offensive. Stoppé par un tacle monstrueux.

- Fa et son repas à la mi-temps.

- Yo ou l’hélicoptère. 3 premiers ballons aériens après sa rentrée, 3 duels gagnés alors que la charnière s’était montrée impériale jusqu’à là.

- Vince, le latéral, et son timing Chamakien.

- Bast et le tour de fouine réalisé à son défenseur de 120kg qui protégeait le ballon pour sortir en 6 mètres. Résultat : centre en retrait de Bast.

 

 

A compléter…                                                    

 

 

Buteurs : Lio

 

Passeur : Math

 photo (2)

La couenne d’or : Juju pour sa percée axiale stoppée par un tacle que lui-même n’aurait pas renié…

 

Tag(s) : #Articles
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :