Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ESCC – AOBozouls          3-1

 

 

Match 20h00 – Terrain : nickel ! (un gros merci aux 3 licenciés jardiniers bénévoles qui ont œuvré dans la semaine pour offrir une surface parfaite au vu du contexte météo. Qu’ils aient valeur d’exemple…) - Arbitrage : pressé ! (à 0-0, 10mn de jeu : gardien on se presse !!! mais on débute juste M. l’arbitre), sinon on n’en a pas parlé donc très bon  – A.DA.F. : 14 € - Pelouse : légèrement humide – Temps : froid, bon apparemment NikePro va signer avec nous pour expérimenter les vêtements underwear pas pour notre qualité footballistique mais pour le climat hivernal même fin avril ! – Température : 3-4° - Esprit du match : nickel - Spectateurs : une 30aine, grand froid oblige – 3ème mi-temps : à domicile

 

 

Compo : Fa, Sim, Ju, Kiki, Bast, Patxi, Ga, Max, Math, Kev, Eric, Enzo, Cani et Ben.J – Mars

 

 

Episode 17/22

 

 

Après avoir passé sans trop d’encombres le piège du week-end dernier en déplacement, l’ESCC s’offrait l’opportunité de confirmer à domicile en recevant le second de la classe, Bozouls. Une équipe contre laquelle l’ESCC avait, et de loin, livrer une prestation des plus insipides au match aller (défaite 1-0). Tant dans l’esprit que dans le jeu. Un esprit de revanche animait donc le collectif noir et blanc. Revanche envers soi-même plutôt que vers la partie adverse. De plus, cette dernière possédant la particularité de ne jamais connaître l’émotion du match nul depuis le début de la saison ! Tout bon ou tout mauvais !

C’est donc plutôt en outsider que l’ESCC se positionnait en ce début de rencontre.

Un début de match où le round d’observation semblait s’éterniser. En effet, les deux équipes se craignant mutuellement, le rythme et l’intensité n’étaient pas au RDV. Surtout le changement de rythme. Toutefois, l’ESCC se montrait quand même maitre en terme de possession de balles. La physionomie de la rencontre était tout autre que la semaine précédente, on prenait enfin un peu de plaisir avoir du jeu au sol. Bien que plutôt dominateurs, l’ESCC concédait ou plutôt donnait la première grosse occase du match. Max, sur une intervention défensive anodine, voyait sa relance contrait involontairement par Ju. Le ballon se retrouvait à nouveau dans la course de l’attaquant adverse pour un face à face avec Fa. Ce dernier se montrait impérial dans la guerre psychologique gardien/attaquant précédant la frappe de ce dernier. Il bloquait parfaitement sa tentative.

L’ESCC, penchant complètement à gauche, se montrait entreprenante mais portait le danger surtout sur CPA. Le danger planait dans la surface mais souvent écartait au dernier moment comme sur ce retourné de Gaël ou la tentative de Kevin, en angle fermé. Ga était pas loin de reprendre un centre au premier de Ben.J mais il aurait fallut un bon 52 en pointure pour croire à la déviation.  Bast, à la sortie d’une touche, voyait lui aussi sa frappe repoussée des pieds par le gardien adverse.

L’ESCC faisait circuler le ballon de manière plutôt agréable mais ne parvenait pas toutefois en faire le décalage. Cependant, sur une énorme séquence collective, Cani, dernier passeur, servait Gaël, qui voyait sa demi-volée flirtait avec la barre. Une conclusion qui aurait  mérité de récompenser les 2 derniers protagonistes, d’autant que quelques minutes auparavant, la frappe de Cani écrasée s’était transformée en centre fuyant que Ga n’avait pu que reprendre en bout de courses.

L’arbitre mettait fin à 45 premières minutes agréables à regarder mais sur un rythme relativement tranquille.

Quelques réglages à la pause et on repartait.

Malgré le contexte qui invitait les joueurs de l’ESCC à vouloir scorer au plus vite, il allait falloir plutôt prôner la patience chez les locaux.  En effet, rapidement, les visiteurs montrèrent des signes de faiblesse physiquement parlant. Et progressivement l’ESCC se montrait plus offensive et mettait, enfin, plus de spontanéité dans ses enchainements et de liant dans ses séquences. Math et Sim se montraient plus incisifs. C’est sur un corner de ce dernier cité qu’on retrouvait ces deux là pour l’ouverture du score. Sim déposait son corner sur la tête de Math qui décroisait celle-ci au second poteau. Faille spatio-temporelle dans l’histoire du football, l’homme aux 500 matchs de district venait de trouver la faille avec une partie du corps dont il ignorait l’utilité pour la pratique du football. 1-0. Il avait fallut que le plus jeune de l’équipe s’allie au plus expérimenté pour débloquer le compteur après un petit quart d’heure de jeu. 1-0. L’ESCC, défensivement bien calé autour de Max, et de Ju qui se découvrait des talents de techniciens, restait bien en place et permettait au bloc d’évoluer assez haut. La domination et la main, désormais, mise sur le match par les locaux gênaient les visiteurs qui concédaient pas mal de corners et CF. Sur un CF à une bonne trentaine de mètres, Sim allait mettre les siens à l’abri d’une frappe travaillée avec le concours involontaire du gardien qui loupait en partie son intervention. 2-0. On pouvait alors assister à la joie inoubliable de Sim qui au vu de ses bras écartés, semblait en communication avec les voix du Ciel. En fait, surtout un soulagement de ne pas avoir vu sa tentative frappait un des montants. Le meilleur était à venir quand Math servait Sim au point de péno. Ce dernier voyait sa première tentative repoussée mais sa seconde troublait bien le fond des filets. Du droit. 3-0. Et partie 2 de sa scène de joie avec déclaration d’amour à ses parents, cœur sur sa famille, etc.  L’ESCC, après ce doublé en moins de 5 minutes, s’était mis définitivement à l’abri. Patxi était à deux doigts de rendre hommage à Lucas sur une action en dribbles chaloupés mais après avoir slalomé parfaitement au cœur de la défense, butait sur le gardien.

L’ESCC relâchait la pression dans ces 10 dernières minutes et se faisait punir en encaissant un CF direct à la 85ème. Puis était à deux doigts de s’offrir 5 minutes de calvaire car sur une seconde occasion dans la foulée de la réduction du score, Enzo sauvait sur la ligne une tentative adverse au prix d’un retour désespéré.

L’ESCC, dans un match où il avait beaucoup à perdre et peu à gagner, si ce n’est d’entretenir la flamme, s’imposait logiquement et lavait l’affront du match aller. L’ESCC, ainsi, subtilisait la place de dauphin à Bozouls avec deux matchs de retard sur le leader actuel au terme d’un match marqué par pas mal de premières.

Il était alors temps de refermer, provisoirement, le volet championnat et de se projeter tranquillement vers la coupe et ce magnifique quart de finale qui attend le groupe fanion samedi prochain dans son antre… Y’a plus qu’à.

 

 

 

Buts : Math et Sim x2

 

Passeurs : Sim

 

Le match côté média : ici

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- La tête de Math sur le premier but, aussi important qu’improbable. Surtout pour l’improbabilité de la chose, lé récompense est là.

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- la joie de Sim sur son premier but, tout en surprise et hommage/bigup à sa maman. Mythique. Heureusement pour lui, pas de vidéos. Sinon, on serait à 1 millions de vues. Easy.

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

-  Patxi pour son presque 4ème but ! Plus que sévère car il avait passé en revu les ¾ de la défense en dribbles chaloupés (le plus difficile) mais n’a pas pu glisser le ballon au fond (le plus facile…sois disant).

Tag(s) : #Articles
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :