Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ESCC – FC Druelle II            6-4

 

 

Match 20h00 – Terrain : excellent - Arbitrage : nerveux, trop ! - Temps : parfait ! Enfin ! - Température : 15° - Esprit du match : plutôt bon - Spectateurs : 50 – 3ème mi-temps : pas à la hauteur de la performance sportive pour certains

 

                                                                                                                              

Compo : Fa, Sim, Clém, Lio, Bastos, Cédr’, Ga, Enzo, JJo, Stev’, Paul, Juju, Patxi et Ben.J

 

 

 

«Et que dire de l’équipe fanion ce week-end… S’il avait fallu rendre compte de la rencontre de ce week-end face à Druelle II à la mi-temps, on aurait évoqué essentiellement les champs lexicaux du ridicule et de la risibilité. Mené 4-0 à la mi-temps suite à quatre erreurs défensives énormes et inhabituelles, l’ESCC a signé un second acte, empreint de folie et « d’irrationalité », pour s’imposer 6-4 au final (doublés de Cédric et Steven, Vincent et Paul), profitant à la fois des carences physiques adverses et de choix tactiques résolument offensifs. Un second acte d’un tout autre niveau permettait à l’ESCC de s’offrir ce scénario fou et ne pas mettre fin à sa série victorieuse.

L’ESCC se déplacera dimanche à Montlaur pour essayer d’obtenir un ultime succès et espérer, en parallèle, un faux pas des deux premiers».

 

           

            « Si tout est possible, est-il possible que quelque chose soit impossible ? », « Rien n'est impossible tout est réalisable », « A l'impossible nul n'est tenu, soyez réaliste envisagez l'impossible »,  « La différence entre le possible et l’impossible, c’est la volonté »…

            On aurait presque pu se contenter d’un recueil de citations autour de la notion d’impossibilité pour résumer le match dont cet article est l’objet. En effet, l’ESCC a livré une prestation complètement folle pour s’imposer 6-4 au final, après avoir été mené 4-0 à la mi-temps.

 

            Afin d’écarter toutes suspicions, on vous rassure, les comptes bancaires des joueurs adverses n’ont pas vu de transactions en provenance de l’ESCC, à la MT, parvenir sur leur compte ou de livraisons suspectes de caisses de vin dans les couloirs des vestiaires. De toute façon, le Levezou n’est pas une région viticole et nous n’avons pas de couloirs aux vestiaires. Il était donc impossible d’acheter le match, on s’en est remis à l’orgueil, la folie et la persévérance. Et à Philomène.

 

            Mais comment l’ESCC a pu en arriver là ? En débutant son match de telle façon que même une équipe de vétérans aurait dépassé dans l’engagement, les noirs et blancs se sont sabordés. Malgré 10 premières minutes plutôt intéressantes et maitrisées par l’ESCC, les locaux ne scoraient pas en dépit d’opportunités réelles. Au contraire, l’ESCC encaissait un but plutôt rageant, le seul de la soirée que l’on pouvait créditer sur le compte de la malchance. Suite à un CF repoussé par 3 fois, le ballon naviguait dans les 18 et, in fine, était catapulté par le 13 adverse. 16ème, 0-1. Plutôt contre le cours du jeu. On se disait alors que ce n’était qu’un contre temps dans le plan de jeu. Rien de cela. Ultra fébriles défensivement, l’ESCC se liquéfiait complétement en 20 minutes. Fa, mal inspiré, concédait un penalty soit inévitable, soit risible. Transformé en 2 temps, l’ESCC était mené 2-0. Puis 3 et 4-0 quand Fa se faisait intercepter une relance au pied puis lober d’une 40aine de mètres. On jouait la 37ème, l’ESCC était mené 4-0. Quatre à zéro. QUATRE-ZERO. Quatzéro. Quatre opportunités adverses, quatre buts. Efficacité totale vs nullité absolue. Cocktail détonnant !!!

            En 20 minutes, l’ESCC venait de réduire à néant l’ensemble des efforts entrepris depuis le samedi 19 mars, 22h00, pour se remettre à l’endroit. Inconcevable et incompréhensible. Mais surtout un gâchis terrible !

            Toutefois, dans la dizaine de minutes restantes avant la pause, prémices du caractère à part de cette rencontre, l’ESCC parvenait à se créer d’énormes occasions ! Steven voyait son face à face repoussé, Gaël loupait le cadre seul aux 6m, BenJ voyait par deux fois ses tentatives stoppées sur la ligne, Paul ne smashait pas assez sa tête…

            La pause était atteinte dans ce contexte assez hallucinant ou l’ESCC avait encaissé un but à chaque opportunité adverse et avait rivalisé d’inefficacité en phase offensive.   

            Pas besoin de grands mots à la MT, le scénario parlant de lui-même pour sanctionner le groupe. Des ajustements tactiques pour apporter plus de poids offensif étaient logiquement apportés avec un passage en 3-5-2 qui allait prendre parfois des allures de 3-1-4-2 !

 

            Dès la reprise, l’ESCC revenait avec plus d’ambition. Trois minutes plus tard, Enzo, en président exemplaire sonnait la révolte en ouvrant le compteur but des noirs et blancs. 1-4 à la 48ème. Toutefois, les adversaires profitaient de deux ballons dangereux mais leurs tentatives fuyaient le cadre. Physiquement, les visiteurs faisaient illusion dix minutes en seconde MT puis lâchaient complètement. Le trou noir. A l’inverse, la courbe de forme de l’ESCC s’inversait. Le onze de l’ESCC retrouvait enfin allant et intensité. Profitant de la supériorité physique, l’ESCC maitrisait enfin les débats. Paul loupait le cadre de peu mais se rattrapait en servant Cédric à la 58ème, 2-4. Enzo était tout proche du doublé mais le ballon était repoussé miraculeusement sur sa ligne par le gardien. Les offensives de l’ESCC se faisaient de plus en plus nombreuses. On venait de passer l’heure de jeu quand Steven voyait sa frappe surpuissante (non on déconne, elle est partie à 2km/h..) finir au fond des filets. 3-4, 63ème. Ces trois buts en une 20aine de minutes renforçaient la possibilité et la probabilité d’un scénario fou en mode « remontada » !

            A la 70ème, quand Cédr’ déposait une galette sur la tête de Paul pour le 4-4, le match avait déjà basculé dans une dimension folle côté ESCC. Surtout que Paul débloquait son compteur « but de la tête » bloqué depuis 2007 ! Le match gagnait en nervosité des deux côtés, les cartons s’enchainaient, l’ESCC mettant parfois bien trop de hargne à la récup’ et les adversaires étant en retard sur différentes interventions, on était déjà à 6 jaunes, signe d’une certaine tension.

            A la 75ème, Clém’, pour sa première dans le groupe fanion, était à deux doigts de faire chavirer Philomène mais ses deux tentatives suite à un corner étaient stoppées au terme d’un énorme cafouillage. Et c’était sur une action similaire que l’ESCC prenait l’avantage à 12mn du terme, suite à un corner, Cédr’ délivrait tout le monde, 5-4, 78ème. Fou ! L’ESCC venait de glisser 5 buts en 30 minutes, entre les 48 et 78èmes, et rendait fou la Curva Sud ! Défensivement, on ne faisait plus trop dans la demi-mesure sur ces dernières minutes. Stev, à la 89ème, interceptait un ballon dans les pieds du défenseur central et s’en allait ajouter le 6ème but malgré un tirage de maillot à l’intérieur de la surface. L’arbitre sifflait avant la frappe victorieuse. Résultat : carton rouge et penalty… Une lourde peine et pas trop de pédagogie alors que l’on jouait la dernière minute. Stev’ transformait le penalty pour le 6-4.

           

            L’ESCC s’imposait donc au terme d’un match fou ou chacune des équipes aura eu sa mi-temps. Mais put***, quelle folie !!!

            Ce scénario ne servira peut être à rien en fin de saison et dans une semaine lors du bilan ou l’ESCC a plus de chance de finir « premier des déçus » que « dernier des heureux » au classement mais cela valait le coup de participer à ce scénario hollywoodien !

 

            L’ESCC conclura la cuvée 15-16 à Montlaur dimanche, pour d’une part essayer de finir sur une note positive en tentant d’aller chercher un nouveau succès puis après il sera temps, si et seulement si l’ESCC s’impose, de jeter un coup d’œil sur les autre terrains…et espérer, comme à la MT du match de ce WE...

 

 

 

 

 

Buts : Cédric x2, Steve x2, Enzo et Paul

 

 

Passeurs : Cédric, Paul, Patxi

 

 

 

 

Ballon d’or du match, récompense LE geste du match :

- Cédric pour sa performance complète 

 

 

 

Ballon d’eau fraîche du match, récompense le geste fair-play du match ou un esprit sportif évident :

- Pour le second acte « quatrième dimension » !

 

 

Ballon de plomb du match, récompense l’action loupée/foirée/contre-footballistique/marrante du match :

- Bon bah là pour le coup, y’a pas trop débat : Fa !

 

 

 

 

Réactions :

 

Greg, responsable équipe : « Une première période incompréhensible de notre part ou on se voyait jouer plutôt jouer un match amical que notre dernier match à la maison, sans oublier la bonne prestation des druellois. Le changement de système à la MT avait pour objectif de permettre de revenir rapidement au score en apportant plus de solutions offensives avec Enzo et Cédric. On score par 3 fois par cet intermédiaire. Pour la suite de la rencontre, il fallait beaucoup d’application dans le dernier geste et de conviction. Donc je salue le groupe qui a su répondre présent dans cette seconde période. Bravo aux joueurs pour avoir su faire pencher la balance et faire plaisir aux supporters pour la dernière à la maison, que je ne suis pas prêt d’oublier ! A croire que les gars l’on fait exprès ! »

La folie douce

Partager cet article

Repost 0